Jijel Echo
 
Advanced Search
   
 
Home S’enregistrer FAQ Membres Groupes  
 
 

Jijel Echo Index du Forum Discussion et sciences Bouillon de Culture Une nuit d'un jijilien en 1810
Montrer les messages depuis:   
      Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure  
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet

Jeu 11 Déc - 01:45 (2008)
Auteur Message
Frozen


Hors ligne

Inscrit le: 06 Déc 2008
Messages: 1 697
Localisation: Jijel Algerie
Masculin Taureau (20avr-20mai)
Point(s): 1 699
Moyenne de points: 1,00

Sujet du message: Une nuit d'un jijilien en 1810 Répondre en citant

....Sortant sur mon cheval…par la grande porte de ma citadelle…avec une allure de noblesse…cachant en moi toutes mes faiblesses…je regardais dans l’horizon tout en respirant fort car moi, Frozen, je vais quitter pour la première fois le Ford…

…Je savais déjà que dans cette foret qui est en en face... je vais m’aventurier…toutes ces montagnes seront par moi escaladées…du désert on m’en a parlé…il sera aussi chevauché…la mer...je l’ai laissé derrière…mais qui sait peut être que je vais aussi la traversé…pour vus que le médaillant sera retrouvé…remit a ma bien aimée…en un soir bien étoilé…

… D’une année a dix …exactement je ne le sais…sont passées …en un jour et une nuit se sont réduit…les pâtes de la bête se sont alourdis...et l'avancement en ces pas c'est amoindri…je la sens de plus en plus saisie…a un moment elle c’est figée...arriver au point de cet ilot...appelé rabta aujourd'hui…j'étais contraint de l’abondonner…elle m’a forcée de poursuivre seul cette quête…en comptant seulement sur mes facultés modestes…que j’ai acquis durant ma vie dans ma chère cité…

…Armure et épée je suis équipé…je me sens prés…une fois que j’ai fini de m’habiller… pour affronter…ce qui a fait tant peur a ce cheval ...alors qu'il n y a ici ni aarabi ni roumi…

...Soudain…dans un vaste terrain…une voix par une brise m’est portée…disant que le loup ne fait plus peur dans sa foret…et les fleurs poussent dans touts carrés…désormais c’est la paix…et que l’humain…que je suis...est le seul prédateur qui reste encore sur ses gardes pour affronter…viens vers moi…en suivant ce chemin au indices de croix...elle me disait...

…Je dois sentir et connaître ta foi…encore elle rajoutait…bonne comme autre fois…ou mauvaise est ce son cas comme plusieurs fois…tu ne subiras qu’un multi ou ply-test présenté avec grande politesse...pour vus de retrouver le médaillant de ta duchesse…écoutes mes paroles divines...et mes propos du coran et aussi d'évangile…tu te débarrasseras de toute doctrine…répond a cette énigme :la voix que tu entend n’aura d’apparence…elle sera quoi en toute évidence ?...je répond sans réfléchir : Ma Conscience…

...Et là une porte dans les airs s’ouvre…me montrant le chemin vers ce mont…celui de yema mezghit-ane…en m'offrant aussi un petit âne...c’est l’orientation pour tout âme…dans la culture ancienne…la culture jijilienne…de retrouver l'éclaircissement dans le sombre des tombes phéniciennes...aussi la couleur dans le gris des sondres romaines...

…Une fois arrivé au sommet du mont…je fesait rentré ma main dans la petite sacoche que ma mère a conçue pour moi…je vérifie si le jawi ne c’est pas abîmé…par l’humidité du bas…au cours de la grande traversée…pour l'allumer...le feu…ce n’était pas un souci…car la tombe de yema mezghitane est toujours par les feu entourées…ceux des guerres comme ceux de la paix…ce soir là…il y avait beaucoup de bougies…et mon voeux doit etre fait...

…De si haut je regardais si loin…vers le coté Nord Ouest…je voyais la sœur yema gouraya entre ses feux aussi…et je me suis demandé si c’étaient ceux de guerre ou de paix…je lui avait donné de dos pour rentrer…finir ce que j’avais a faire…allumer ma bougie et mettre mon jawi…et attendre le signe du ciel…qui me guidera vers autres lieux…autres terres que celle de l’exilé…celle de cigel…ma ville bien aimé…que de la ou j’étais…je pouvais la voir…comme une petite pierre jeter dans la jeté…une pierre qui flotte sur les eaux salée sans piquée…

…au dernier tiers de la nuit…une ombre qui défile a travers…ces arbres de dérdare…avance vers moi…s’approchant de plus en plus en prenant de la hauteur sur moi…je me suis senti petit…diminué face a cette chose que je ne connais…cette énergie que je ne pouvais contrôlé…la peur a faillit m’envahir…mais j’ai dus me retenir…me ressaisir…que me voulait elle je me disais…et je me suis mit sur les deux pieds…en parlant le premier pour être en avance…en avance en quoi !!! je ne le sais…et j’avais dis :

...De si loin ...ombre grise…si prêt ...claire comme l’eau de mon puit…que puis je faire pour que tu puisses exister ?...l’ombre sans ame parlait…oui elle a parlée…elle m’a dit sans repondre a mon dire...

...Répond comme tu as répondu a la brise d'en bas…sur ma question posée aux gens qui t’ont précédés comme toute fois...en arrivant a ce point là…yeux de la nuits…ou yeux du jour…quand tu nuis…par lui en premier tu seras puni…c’est qui ?...

…Dieu…elle attendait que je lui dise dieu…mais je sais que la punition de ce dieu n’est guerre garantie…dans ma culture au si bas…on a toujours le droit…d’espérer une clémence...une tolérance…et on a toujours crus que jamais dieu etait le premier a nous faire souffrir ou punir…si je dis encore conscience…tout le monde va croire que j’ai un bon savoir et une bonne connaissance…surestimé je serai…ou juste a ma valeur…d'ailleur je savais que je le méritais...car en bas je suis par elle aimée…c’est la bonne reponse…conscience j’ai répondu…

...A ce moment l'ombre prend forme...une silhouette de femme m'est apparue…souriante…a ma bien aimée elle ressemblée…mon cœur c’est serré…en voyant cette femme là face de moi qui ressemble a celle que j’ai laissé derrière moi…je ne pouvais l’approchais…surtout pas a cet endroit si sacrés…je devrai plié bagage…monté mon âne et m’en aller…et je l’ai fais…

....Hrrr herrrrrrrrrrr je reprend chemin et la femme avec sa voix douce cette fois m’annonçait : cette bete saura te conduire…ta terre sera sa tombe…et tes airs seront ceux qui emporteront toutes cendres…et j’ai compris…que cet âne ne devrai guère me quitter…que je suis dans l’obligation de le suivre dans sa traversée dans la vie…j’ai compris désormais…que je passerai ma vie a attendre la mort de cet animal sans vouloir la provoqué…cela dit se fier a la nature…attendre sa mort naturelle...

…Reprenant la route sur le dos de mon cher âne…je n’arrêtais pas a pensé au belle nuit passaient dans ma cité…ma citadelle bien aimée…mes soirée animé avec mes proches et mes amis…mes passages discret auprès de la maison de ma bien aimée…ces souhaits trop fort de la voir avant de rentrer pour me coucher…le ciel était bien étoilé…quelle nostalgie…je me sentais bien gâté…et dieu qui est Allah veille avec ces anges sur mon rêve alors que je suis bien réveillé…

...d'un coup je me suis aperçu…que dans peu il fera jour…et il s’achèvera mon séjours…dans les hauteurs des Babours …je n’ai compris comment il a fait…pour si peu de temps…cet âne a pu traverser…toute cette distance en un si bref moment…et j’ai fais une prière demandant a dieu de prolonger l’arriver de l’aurore…par une boucle de temps…ou un arrêt de ce temps…juste le temps de savoir ou sera cette terre…qui m’offrira le médaillant rechercher…car sans lui je ne pourrai plus rentré…

…Un peu plus loin…je voyais une demeure…mon âne ne se dirigea vers ce point…je ne pouvais le guidé…car par l’ombre il est le guide engagé…a m’amené vers la terre promise…ma curiosité étant si grande…naturelle…m’oblige a savoir qui est le maître du lieux…une obligation imposée par une simple question : on m’en a jamais parlé si bas d’un maître dans cet endroit…ne pas guidé est la consigne donné…oui…mais parler en hurlant sans s’arrêter n’était guère évoqué…c’est ce que je me disais…alors j’ai décidé de crier : maître de la demeure…montre toi pour mon bonheur…parles moi…et a mon retour …je t’évoquerai auprès des miens… étant un grand seigneur…

…je ne cessais de dire et redire mes dires…l’âne semblait rien entendre…pour moi il comprenait tout du moment qu’il est le lieutenant qui commande…et la demeure s’éloigne de plus en plus…a chaque pas de plus…et je n’ai cessé de crier…jusqu’au moment ou j’entendait un jolie chant :


Jijel ville des cœurs qui ne gèlent
Citadelle qui abrite tout âme en forme de perle

Perle noir …pour les gens de l’espoir
Qui ne cèdent a la tentation dans le sombre des couloires

Perle blanche…pour ces gens du dimanche
Qui ne cèdent au crie de la vengeance

Jijel ville des cœurs qui ne gèlent
Citadelle qui abrite tout âme en forme de perle


…Un champs de magie…une symphonie comme celle qu’écoutait cet empereur dans l’autre rive qui est Napoléon…un champs qui m’est étranger…porter sur le bon coté...de ma ville que j’ai toujours aimé…

…Est ce aussi un ancien naufragé ? …ou un réfugié par ici il c’est exilé ?…des questions qui me traversaient l’esprit…et en même temps je répétais après lui…pour apprendre par cœur les mots comme la symphonie…mon projet du retour…oui ...c’est décidé…il sera : on la chantera dans nos moment de gaietés à Cigel…et je l’appellerai le champs de l’étranger…et la voix d’un coup c’est arrêtée…comme ci elle savait ce que je me disais…comme ci c’était ce qu’elle voulais…d’un coup elle c’est arretée…

…L’étranger des lieux restera toujours étranger…pourquoi vouloir mettre de lumiére sur son identité…ça se pourrai que c’est la seule manière de lui offrir sa paix…s’il ne veut être identifier…suite a cette pensée...ma curiosité habituelle…c’est gelée…et je pense que c’est mieux ainsi…pour une fois j’ai décidé et j’ai tranché…peut être que ce que la voix qui chantait le champs de l’étranger voulait m’apprendre…oui c’est bien ça…j’ai appris a décidé…

…Entre ces arbres fiers…et ses buissons intenses…des ombres et des ombres se formaient…de plus en plus en une image moche et affreuse ils s’éclaircissent…la feuille du cactus appelé handi étaient leurs têtes…pas étonnant je me disais…trop dominant il est ce fruit sauvage ….ici en Kabylie…tronc de corps en Kandoule…celui qui servait comme plafond au sangliers...en abondance il est cet animal…des mains et des pieds tirés des branche de Belloutes…image effrayante qui m’a poussé a croire que j’hallucinais…que je plongeais dans la folie de ce personnage qui combattait contre ces guerriers qu’il imaginait...la peur ne devrai m'envahir...et je me suis dis: oui ou non…le savoir n’est plus important…de plus que ma ceinture qui porte mon épée c’est serré…et je me suis rendu compte que je suis armée…et de mon arme je n’ai eu droit a aucun usage…jusqu’ici je ne l’ai guère utilisé…

…Mon âne c’est arrêté…au premier lancement par ces formes…ce n’était pas des pierres ni de la boue…mais une chose qui donne la sensation de gratter...du Zaktoufe…oui c’est du zaktoufe qu’elle me lançaient…cette plante que dans le temps a l’enfance…nous causait des petites souffrances…

…A la sorti de mon épée…et avant d’attaquer …je devrai crier...comme on m’avait appris dans ma cité… …aussi je dois lançais le sage message avant de frapper…a tout ca j’ai pensais…au cours de guerre qu’on m’a enseignait…et le protocole des grands homme d’honneurs était fait…clôturé par le message transmit…en disant: d’une guerre je ne veux…même si je peux…qu’on me fait du mal je ne le tolère…même si l’ennemi était mon propre frère…paix sur vous et sur ce bois qui n’est que vous …laissez moi passer si vous ne voulais…que je ferai de vous ce que Sidna Ali a fait des mécréants…toi la forme la plus grande répond…

…Comment oses tu de parler ainsi…a la sœur jumelle des mers…protectrices des bois et des airs… elle me disait…comment oses tu pénétré dans ce domaine sans déposé ton arme…elle criait…avoir de l’acier sur soi…est un signe de mauvaise foi…me le faire comprendre elle le voulait...penses tu en te voyant percer en moi comme ça…je vais te prendre entre mes bras…elle me prévenait…


…Que faire que de jeter cet arme pour gagner un offre de paix…je ne voulais me mesurer a elle…car en elle je suis…par moi et avec cet acier je l’ai envahis…l’arme une fois par terre…il c’est formé un immense cratère…au centre je suis resté suspendu…attaché par rien…en rien…et ma langue c’est nouée…je n’ai su quoi pensé…je n’ai su quoi dire…ni demander…je la regardais tout en sachant que cette âme de foret…est plus puissante que je ne pouvais l’imaginé…il fallait se l’avoué…plus que ça…avouer que j’ai eu tord en ce que j’avais fais…et mes yeux fixait l’âne…peur de le perdre…comme la premiere bête…de plus qu’il est…ma seule carte de sorti…

...Chaire suspendu…qu’as tu cru …que je vais être par toi pendu …qu’as-tu a m’offrir pour que mon cœur reprendra son aspect fondu…

…Ce que j’ai est une si merveilleuse magie…qui n’a effet que sur une perle de citadelle…un cœur plein et aussi vide…l’amour et la haine sont des choses humaines…avoir fais erreur ne justifie pas cette terreur…infligé par cette forme généreuse…qui prétend être protectrice de la nature…que moi-même en cette dernière souvent… je me refuge…

…Me demandes tu protection…ou de ma part, c’est une fausse déduction ???etait sa replique...

…Tu l’es sans que je ne le demande…car en toi j’ai trouvé une place, chose pas étonnante…

…Bien satisfaite...oui je le suis…alors je vais te faire descendre…mais cette fois tu seras sur une terre qui ne tremble…regardes autour de toi…et décèles le secret et le mystere en delaissant ta ruse d'autres fois...l'intelligence et la bonne foi seront mes recommandations... pour toi...

...Quand le jour sera là... la nuit nous quittera...en prenant certes tout son sombre ...mais aussi en imposant par l'arrivé du jours des ombres...t'aura une aussi...mais fais vite...dans peu tout peu basculer...maintenant descend...que la paix soit sur toi jeune de Cigel...ville des nobles citadains...

...Mais que faire de la noblesse si elle nous pousse a passé travers...des petites choses dans la vie...qui nous font bien rêvées...aussi aidé autrui...et aller au secours des plus diminués...que faire de la noblesse...quand tout duc perd sa duchesse...et la richesse devient celle de l'or et plus jamais dans la morale et la conscience...que faire de la citadelle...si ma perle n'aura son médaillant en une nuit bien étoilée...comme je le lui ai promit...pour que je puisse devenir son mari...

...Bien dis...je vois en toi un bon amoureux et un bon mari...aussi tu as su en une seule nuit...a accentué en toi ce que certains ont délaissés...celui qui surveille ta morale n'est autre que cette conscience... si ta perle est comme u tatou dans ta petite cervelle...

Frozen



ps: j'ai posté une tite partie ailleurs, aprés j'ai remarqué que tlm s'en foutais pas mal, y a eu trop de rascasse alors que je cherchais su thon
_________________
Beslama


 
      Back To Top  

Jeu 11 Déc - 01:45 (2008)
Auteur Message
Publicité






Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
 
      Back To Top  

Jeu 11 Déc - 01:47 (2008)
Auteur Message
Frozen


Hors ligne

Inscrit le: 06 Déc 2008
Messages: 1 697
Localisation: Jijel Algerie
Masculin Taureau (20avr-20mai)
Point(s): 1 699
Moyenne de points: 1,00

Sujet du message: Une nuit d'un jijilien en 1810 Répondre en citant

desolé pour la punition, c vrai que c long lol

en tt cas de temps a autre je posterai une comme cella, des histoires imaginaire d'un jijeli des anciens
_________________
Beslama


 
      Back To Top  

Jeu 11 Déc - 01:54 (2008)
Auteur Message
Frozen


Hors ligne

Inscrit le: 06 Déc 2008
Messages: 1 697
Localisation: Jijel Algerie
Masculin Taureau (20avr-20mai)
Point(s): 1 699
Moyenne de points: 1,00

Sujet du message: Une nuit d'un jijilien en 1810 Répondre en citant

anssite, y a des fautes, pas de bleme si quelqu'un corrige, ca fera un beau recit a la fin...
_________________
Beslama


 
      Back To Top  

Jeu 11 Déc - 02:24 (2008)
Auteur Message
louisa


Hors ligne

Inscrit le: 07 Déc 2008
Messages: 291
Localisation: jijel
Féminin Capricorne (22déc-19jan)
Point(s): 301
Moyenne de points: 1,03

Sujet du message: Une nuit d'un jijilien en 1810 Répondre en citant

je dirais,bravo Okay  et felicitation pour ta perle ou ta bien aimée!
_________________
la trahison trouve racine dans la confiance.


 
      Back To Top  

Jeu 11 Déc - 02:30 (2008)
Auteur Message
Frozen


Hors ligne

Inscrit le: 06 Déc 2008
Messages: 1 697
Localisation: Jijel Algerie
Masculin Taureau (20avr-20mai)
Point(s): 1 699
Moyenne de points: 1,00

Sujet du message: Une nuit d'un jijilien en 1810 Répondre en citant

merci Smile
_________________
Beslama


 
      Back To Top  

Aujourd’hui à 15:25 (2016)
Auteur Message
Contenu Sponsorisé






Sujet du message: Une nuit d'un jijilien en 1810

 
      Back To Top  
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet

 


      Back To Top  

Page 1 sur 1
Sauter vers:  

We request you retain the full copyright notice below including the link to www.phpbb.com. This not only gives respect to the large amount of time given freely by the developers but also helps build interest, traffic and use of phpBB 2.0. If you cannot (for good reason) retain the full copyright we request you at least leave in place the Powered by phpBB line, with phpBB linked to www.phpbb.com. If you refuse to include even this then support on our forums may be affected. The phpBB Group : 2002 // Powered by phpBB © 2001, 2015 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com -->
Powered by phpBB © 2001, 2015 phpBB Group
Avalanche style by What Is Real © 2004