Jijel Echo
 
Advanced Search
   
 
Home S’enregistrer FAQ Membres Groupes  
 
 

Jijel Echo Index du Forum Discussion et sciences International La question Israélo-Palestinienne
Montrer les messages depuis:   
      Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure  
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet

Dim 1 Fév - 11:49 (2009)
Auteur Message
coquelicot


Hors ligne

Inscrit le: 19 Nov 2008
Messages: 822
Point(s): 822
Moyenne de points: 1,00

Sujet du message: La question Israélo-Palestinienne Répondre en citant

http://www.legrandsoir.info/spip.php?article7972

1er février 2009
"Exterminez toutes les brutes" : Gaza 2009

CHOMSKY Noam
En guise d’introduction proposée par le traducteur.
La question Israélo-Palestinienne ne date pas de l’Holocauste, le double langage non plus :
Extrait du rapport King-Crane (août 1919), exprimant les positions publiques des Grandes Puissances à travers la Société des Nations, ancêtre de l’ONU.
Dans son adresse du 4 juillet 1918, le président Wilson a posé le principe suivant comme l’un des quatre objectifs majeurs pour lesquels combattent les peuples associés du monde. “Le règlement de toute question, qu’il s’agisse de territoire, de souveraineté, d’arrangement économique ou de relations politiques, [doit se faire] sur la base de la libre acceptation de ce règlement par les gens directement concernés et non sur la base de l’intérêt ou de l’avantage matériel de n’importe quelle autre nation ou n’importe quel autre peuple qui viendrait à désirer un règlement différent au nom de son influence ou de sa supériorité dans le monde”.
Si ce principe doit s’appliquer et si les voeux de la population de la Palestine doivent décider de ce qui doit être fait de la Palestine, alors il y a lieu de rappeler que sa population non juive (pratiquement les 9/10 du total) s’oppose énergiquement à l’ensemble du programme sioniste … Soumettre un tel peuple à une immigration juive illimitée et à une pression financière constante pour qu’il vende la terre représenterait une violation grossière du principe ci-dessus et, quand bien même elle satisferait aux formes de la légalité, une violation du simple droit des gens.
Au même moment ; extrait d’un mémorandum privé adressé par Lord Balfour au Cabinet Britannique (août 1919).
En Palestine, nous n’avons pas l’intention de nous attarder à considérer les souhaits des habitants actuels de ce pays ... Les Quatre Grandes Puissances se sont engagées envers le Sionisme. Et le Sionisme, juste ou pas, bon ou mauvais, se justifie par une longue tradition, dans les nécessités du présent et dans les espérances du futur ; il a une importance bien plus profonde que les désirs ou que les préjudices ressentis par les 700.000 Arabes qui habitent ce pays à l’heure actuelle ... Malgré tout le respect que l’on pourrait accorder au point de vue des autochtones, les Puissances n’ont pas l’intention de les consulter. En bref, en ce qui concerne la Palestine, les puissances n’ont pris aucun engagement qui ne soit à l’évidence faux, ni n’ont fait aucune déclaration politique qu’ils n’aient l’intention de renier, au moins quant à la lettre.



« Exterminez toutes les brutes » : Gaza 2009Samedi 27 décembre 2008 la dernière attaque en date est lancée contre les Palestiniens sans défenses. Elle fut minutieusement préparée, depuis plus de 6 mois selon la presse israélienne. Le plan comprend deux aspects, l’un militaire et l’autre de propagande. Il est basé sur les leçons de l’invasion israélienne du Liban en 2006, mal programmée et peu « expliquée » au public. Nous pouvons donc être certains que ce qui a été fait a été intentionnel et programmé.Ainsi en est-il sûrement du moment de l’agression : un peu avant midi, quand les enfants sortent de l’école et que les foules s’affairent dans les rues de Gaza densément peuplée. Quelques minutes suffiront pour tuer plus de 225 personnes et en blesser 700. Début de bon augure au massacre en masse de civils sans défense, pris au piège dans une petite cage, sans moyen d’en échapper.
Dans sa rétrospective « inventaire des gains de la Guerre de Gaza » le correspondant du New York Times Ethan Bronner a classé cet acte comme une réussite des plus significatives. Israël a anticipé l’avantage de paraître « devenir fou » en causant une terreur totalement disproportionnée, doctrine qui remonte aux années 1950. « Les Palestiniens à Gaza ont reçu le message dès le premier jour » écrit Bronner, « quand les avions de guerre d’Israël ont frappé d’un coup de multiples cibles au beau milieu d’un samedi matin. Environ 200 furent tués instantanément, terrifiant le Hamas et bien sûr tout Gaza ». La tactique du « devenir fou » semble avoir porté ses fruits conclut Bronner : il y a « certaines indications que les Gazaouis ressentent tellement de douleur qu’ils ne soutiendront plus le Hamas », gouvernement qu’ils ont élu. A ce propos, je ne me souviens pas de la rétrospective du Times « inventaire des gains de la Guerre de Tchétchénie », bien que les gains en furent élevés.
La préparation minutieuse comprenait aussi certainement la fin de l’agression, soigneusement planifiée, juste avant l’investiture d’Obama pour minimiser la menace (lointaine) qu’il puisse émettre quelques critiques sur ces crimes odieux soutenus par les USA.
Deux semaines après le début de ce Shabbat agressif, Gaza étant déjà ensevelie sous les décombres et le bilan humain avoisinant les 1000 morts, l’agence de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNWRA), dont dépend la survie de la plupart des Gazaouis, annonce que l’armée israélienne lui refuse l’acheminement de l’aide vers Gaza, arguant que la frontière est fermée durant la fête du Shabbat. Pour honorer le jour saint, on refuse nourriture et médicaments aux Palestiniens sur le point de mourir, pendant que des centaines d’autres sont massacrés par les bombardiers et les hélicoptères de fabrication étasunienne.
Cette double norme de respect scrupuleux du Shabbat ne provoque que peu, ou pas du tout la critique. Cela s’explique. Dans les annales criminelles du couple Israël-Etats-Unis, cette cruauté et ce cynisme ne méritent pas même une note de bas de page. C’est trop courant. Pour citer un parallèle significatif, en juin 1982 l’invasion Israélienne du Liban, avalisée par les Etats-Unis, commença par le bombardement des camps de réfugiés Palestiniens de Sabra et Shatila, qui devinrent ensuite les symboles des terribles massacres supervisés par les IDF (Forces de « Défense » Israéliennes). Le bombardement toucha l’hôpital local - l’hôpital Gaza - et tua plus de 200 personnes selon le témoignage d’un universitaire étasunien spécialiste du Moyen-Orient. Cette boucherie fut l’acte d’ouverture d’une hécatombe qui extermina quelque 15 à 20.000 personnes et détruisit la plus grande partie du Sud Liban et de Beyrouth, avec le soutien militaire et diplomatique des Etats-Unis. Soutien sous forme de veto au Conseil de Sécurité de l’ONU dont les résolutions visaient à bloquer cette agression criminelle menée en fait pour protéger Israël d’un règlement pacifique et politique, et non les Israéliens souffrant sous d’intenses tirs de roquettes, inventions commodes de l’imagination d’apologistes.
Tout cela est normal et commenté assez ouvertement par de hauts dignitaires israéliens. Il y a 30 ans, le chef d’état-major Mordechai Gur observait que depuis 1948 « nous avons combattu une population habitant des villages et des villes ». Ou, résumé par le plus notoire des analystes militaires israéliens Zeev Schiff, « l’armée israélienne a toujours, délibérément et consciemment visé les populations civiles … l’armée n’a jamais distingué les cibles civiles [des militaires…mais] intentionnellement attaqué des objectifs civils ». Les raisons furent expliquées par l’éminent homme politique Abba Eban : « il y avait un but rationnel, atteint en définitive, de toucher les populations civiles afin qu’elles exercent une pression pour l’arrêt des hostilités ». Le résultat, comme l’avait bien compris Eban, devait permettre à Israël de mettre en œuvre sans obstacles son plan d’expansion illégale et de répression brutale. Eban commentait l’analyse par le premier Ministre Begin des attaques du gouvernement Travailliste contre des civils ; Begin, selon les mots d’Eban, donnait une image « d’Israël infligeant sans raison la mort et l’angoisse à des populations civiles comme le firent des régimes que ni Mr Begin ni moi n’oserions appeler par leur nom ». Eban ne contestait pas les faits qu’analysait Begin, mais le critiquait de les exposer publiquement. Cela ne concernait pas non plus Eban, ni ses admirateurs, que son plaidoyer en faveur d’une terreur d’état massive puisse lui-même remémorer des régimes dont il n’oserait prononcer le nom.
Les justifications d’Eban de la terreur d’état sont perçues comme convaincantes par des autorités respectées. Pendant que l’attaque israélo-étasunienne récente faisait encore rage, le chroniqueur du Times Thomas Friedman expliquait que la tactique d’Israël, comme celle adoptée au cours de l’invasion du Liban en 2006, est basée sur un principe sain : « essayer « d’éduquer » le Hamas en infligeant de lourdes pertes à ses militants et des souffrances terribles à la population de Gaza ». Cela se comprend d’un point de vue pratique, comme ce fut le cas au Liban où « la seule dissuasion à long terme fut d’exposer les civils - les familles et employeurs des militants - à de telles calamités pour qu’ils ne soutiennent plus le Hezbollah dans le futur ». Avec une telle logique, les efforts de Ben Laden pour « éduquer » les étasuniens le 11/09 étaient aussi dignes d’éloges, tout comme les attaques Nazies à Lidice et Oradour, la destruction de Grozny par Poutine et d’autres tentatives notoires « d’éducation ».
Israël a fait beaucoup d’efforts pour afficher son attachement à ces principes directeurs. Le correspondant du New York Times, Stephen Erlanger, rapporte que les associations de défense des Droits de l’Homme sont « troublés par les frappes d’Israël sur des bâtiments censément civils, comme le Parlement, les commissariats et le Palais Présidentiel » et, pourrions nous ajouter, les villages, les maisons, les camps de réfugiés densément peuplés, les systèmes d’adduction et d’épuration d’eau, les hôpitaux, les écoles et les universités, les mosquées, les installations de secours des Nations Unies, les ambulances et en fait tout ce qui peut soulager la douleur de victimes insignifiantes. Un haut officier du renseignement israélien a expliqué que l’armée israélienne avait attaqué « deux facettes du Hamas - la résistance c’est-à-dire son aile militaire, et sa dawa (NDT : en arabe, technique de prosélytisme religieux), c’est-à-dire son aile sociale », cette dernière étant un euphémisme pour désigner la société civile. Il a fait valoir que « le Hamas était un seul bloc, » et de continuer, « dans une guerre, les instruments de contrôle politique et social sont des cibles aussi légitimes que les caches de roquettes ». Erlanger et ses éditeurs ne font aucun commentaire sur l’apologie directe et la pratique massive du terrorisme visant des civils, et, comme on l’a déjà noté, les correspondants et chroniqueurs acceptent ou justifient explicitement les crimes de guerre. Mais, selon la norme, Erlanger ne manque pas de souligner que les roquettes du Hamas sont « une violation flagrante du principe de discrimination, correspondant à la définition classique du terrorisme. »
Comme d’autres familiers de la région, le spécialiste du Moyen-Orient Fawwaz Gerges observe : « Ce que les responsables israéliens et leurs alliés étasuniens ne comprennent pas c’est que le Hamas n’est pas seulement une milice armée, mais un mouvement social avec une large base populaire, profondément ancré dans la société ». Donc, quand ils déploient leurs plans pour détruire « l’aile sociale » du Hamas, ils détruisent en fait la société palestinienne.
Gerges est peut-être trop gentil. Il est hautement improbable que les responsables étasuniens et israéliens - ou les médias et autres commentateurs - ne comprennent pas ces faits. Au contraire, ils adoptent implicitement la posture habituelle de ceux qui monopolisent les moyens de la violence : d’un coup de poing nous pouvons écraser toute opposition, et si le bilan civil de nos attaques brutales est lourd, c’est aussi bien : peut-être les survivants seront-ils convenablement éduqués.
Les officiers des IDF savent très bien qu’ils détruisent la société civile. Ethan Bronner cite un colonel israélien qui dit que lui et ses hommes ne sont pas très « impressionnés par les combattants du Hamas ». « Ce sont des villageois avec des armes », a déclaré un tireur sur un blindé de transport de troupe. Ils ressemblent à ces victimes des criminelles IDF durant l’opération « poigne de fer » en 1985 dans le Sud Liban occupé, dirigée par Shimon Peres, l’un des plus grands chefs terroristes de l’ère de la « Guerre contre la Terreur » de Reagan. Au cours de ces opérations, des commandants israéliens et des analystes stratégiques ont expliqué que les victimes étaient des « terroristes villageois », difficile à éradiquer parce que « ces terroristes opèrent avec le soutien de la majorité de la population locale ».
Un commandant israélien se plaint que « le terroriste ... a de nombreux yeux, car il vit ici ». Dans le même temps, le correspondant militaire du Jérusalem Post décrit les problèmes rencontrés par les forces israéliennes dans sa lutte contre les « terroristes mercenaires », « fanatiques assez dévoués à leurs causes pour prendre le risque d’être tués en se battant contre l’armée israélienne », qui doit « maintenir l’ordre et la sécurité » dans le Sud Liban occupé, malgré « le prix que les habitants devront payer ». Le problème a été familier aux Etasuniens dans le Sud Vietnam, aux Russes en Afghanistan, aux Allemands dans l’Europe occupée, et a d’autres agresseurs qui se rejoignent dans la mise en œuvre de la doctrine Gur-Eban-Friedman.
Gerges estime que la terreur d’État israélienne va échouer : le Hamas, écrit-il, “ne peut pas être effacé sans massacrer un demi-million de Palestiniens. Si Israël réussit à tuer les hauts dirigeants du Hamas, une nouvelle génération plus radicale que l’actuelle les remplacera rapidement. Le Hamas est une réalité de la vie. Il ne partira pas, et ne hissera pas le drapeau blanc, quel que soit le nombre de victimes qu’il ait à déplorer“.
Peut-être, mais il y a souvent une tendance à sous-estimer l’efficacité de la violence. Il est particulièrement étrange que cette croyance se développe aux Etats-Unis. Pourquoi en sommes-nous là ?
Le Hamas est régulièrement dépeint comme « le Hamas soutenu par l’Iran, qui se consacre à la destruction d’Israël ». On le trouvera difficilement décrit comme « le Hamas démocratiquement élu, qui a longtemps été en faveur d’un règlement à deux États, en accord avec le consensus international » - bloqué depuis plus de 30 ans par les États-Unis et Israël qui rejettent catégoriquement et explicitement le droit des Palestiniens à l’autodétermination. Tout cela est vrai, mais inutile à la Ligne du Parti, donc superflu.
Les détails mentionnés plus haut, bien que mineurs, nous apprennent néanmoins quelque chose sur nous-mêmes et nos clients. Comme d’autres détails. Par exemple, quand la dernière agression américano-israélienne sur la bande de Gaza a commencé, un petit bateau, la Dignité, faisait route de Chypre vers Gaza. A bord, les médecins et les militants des Droits de l’Homme avaient l’intention de briser le blocus criminel imposé par Israël et d’apporter de l’aide médicale à la population emprisonnée. Le navire a été intercepté dans les eaux internationales par la marine israélienne qui l’avait déjà sévèrement percuté, le coulant presque, mais il a réussi à se traîner jusqu’au Liban. Israël a publié ses mensonges ordinaires, réfutés par les journalistes et les passagers à bord, y compris le correspondant de CNN Karl Penhaul et l’ancien représentant des États-Unis et candidat présidentiel du Parti Vert, Cynthia McKinney. C’est un crime grave - bien pire par exemple que le détournement de bateaux au large des côtes de la Somalie. Il est passé, sans attirer beaucoup l’attention. L’acceptation tacite de tels crimes reflète celle que la bande de Gaza est un territoire occupé, qu’Israël est en droit de l’assiéger avec l’aval des gardiens de l’ordre international pour perpétrer des crimes en haute mer et mettre en œuvre ses actions punitives envers la population civile qui désobéirait à ses ordres - sous des prétextes auxquels nous revenons toujours, presque universellement acceptés, mais clairement intenables.
De nouveau ce manque d’attention a du sens. Pendant des décennies, Israël a détourné des bateaux dans les eaux internationales entre Chypre et le Liban, tuant ou enlevant leurs passagers, les transférant parfois dans des prisons en Israël, y compris des prisons secrètes ou chambres de torture, les détenant en otages pendant de nombreuses années. Étant donné que ces pratiques sont courantes, pourquoi traiter ces nouveaux crimes autrement qu’avec un bâillement ? Chypre et le Liban ont réagi très différemment, mais qui sont-ils dans l’ordre des choses ?
Qui se soucie par exemple que les rédacteurs du Daily Star au Liban, généralement pro-occidentaux, écrivent que « Près d’un million et demi de personnes dans la bande de Gaza sont soumis à la gestion meurtrière de l’un des pays à la technologie la plus avancée, mais à la morale de machines militaires des plus régressives. On suggère souvent que les Palestiniens sont devenus dans le Monde Arabe ce que les Juifs étaient en Europe avant la Seconde Guerre mondiale, et il y a une certaine vérité à cette interprétation. Il est donc approprié et totalement abject que, tout comme les Européens et les Nord Américains détournaient les yeux quand les nazis perpétraient l’Holocauste, les Arabes ne fassent rien pendant que les Israéliens massacrent les enfants Palestiniens ». La brutale dictature Egyptienne qui bénéficie de l’aide militaire américaine la plus importante après Israël est peut-être le plus honteux des régimes Arabes.
Selon la presse libanaise, Israël continue « d’enlever régulièrement des civils libanais du côté libanais de la Ligne bleue [la frontière internationale], comme récemment en Décembre 2008 ». Et bien sûr « les avions israéliens violent quotidiennement l’espace aérien libanais, en violation de la Résolution 1701 des Nations Unies » (Amal Saad-Ghorayeb, chercheur libanais, Daily Star, 13 janvier). Cela aussi advient depuis longtemps. En condamnant l’invasion israélienne du Liban en 2006, l’éminent analyste stratégique israélien Zeev Maoz écrit dans la presse israélienne que « Israël a violé l’espace aérien libanais en effectuant des missions de reconnaissance aérienne presque chaque jour depuis son retrait du Sud Liban, il y a six ans. Certes, ces survols aériens n’ont pas fait de victimes libanaises, mais une violation des frontières reste une violation des frontières. Ici encore la morale d’Israël n’est pas des plus élevées ». Et en général, il n’y a aucune justification au « consensus établi en Israël que la guerre contre le Hezbollah au Liban est une guerre juste et morale », un consensus “fondé sur une mémoire sélective à court terme, sur une vision du monde introverti, et sur des doubles standards. Ce n’est pas une guerre juste, l’utilisation de la force est excessive et aveugle, et son but ultime est l’appropriation.“
Comme Maoz le rappelle aussi au lecteur israélien, les survols avec bangs supersoniques pour terroriser les Libanais sont les moindres crimes israéliens au Liban, sans parler des cinq invasions depuis 1978 : « Le 28 Juillet 1988, les forces spéciales israéliennes ont enlevé le cheikh Obeid, et le Mai 21 1994 Israël a enlevé Mustafa Dirani, responsable de la capture du pilote israélien Ron Arad [quand il bombardait le Liban en 1986]. Israël les détient avec 20 autres Libanais capturés dans des conditions inconnues, et gardés longtemps en prison, sans jugement. Ils ont été détenus comme « monnaie d’échange » humaine. Apparemment, quand le Hezbollah enlève des Israéliens pour en faire des prisonniers d’échange cela est moralement répréhensible, et passible de sanctions militaires. Quand Israël le fait, c’est tout à fait normal », bien que ce soit sur une plus grande échelle et depuis de très nombreuses années.
Les pratiques ordinaires d’Israël sont éloquentes au-delà même de ce qu’elles révèlent sur la criminalité d’Israël et le soutien de l’Occident. Comme l’indique Maoz, ces pratiques soulignent la parfaite hypocrisie de la revendication constante par Israël du droit d’envahir de nouveau le Liban en 2006, lorsque des soldats furent capturés à la frontière. C’était la première action transfrontalière du Hezbollah au cours des six années qui ont suivi le retrait d’Israël du Sud Liban, occupé en violation des ordres du Conseil de Sécurité datant de 22 ans, alors que pendant ces six années, Israël a violé la frontière presque tous les jours, avec impunité et dans notre silence.
De nouveau l’hypocrisie routinière. Ainsi Thomas Friedman tout en expliquant comment ces sous-races doivent être « éduquées » par la violence terroriste, écrit que l’invasion israélienne du Liban en 2006, détruisant encore une fois une bonne partie du Sud Liban et de Beyrouth, tuant un millier de civils, était un acte juste d’autodéfense en réponse au crime du Hezbollah « lançant sans raisons une guerre au-delà de la frontière reconnue par l’ONU entre Israël et le Liban, alors qu’Israël s’est retiré unilatéralement du Liban ». Si l’on ignore le mensonge et use de la même logique, les attaques terroristes contre les Israéliens, jugées beaucoup plus destructrices et meurtrières que toutes autres, seraient pleinement justifiées en réponse aux pratiques criminelles d’Israël au Liban et en haute mer, qui dépassent largement le crime du Hezbollah de capturer deux soldats à la frontière. L’ancien spécialiste du Moyen-Orient du New York Times connaît très bien ces crimes, du moins s’il lit son journal : par exemple, le paragraphe 18 d’un article sur l’échange de prisonniers en Novembre 1983 remarque sans s’y attarder que les 37 prisonniers arabes « ont été capturés récemment par la marine israélienne alors qu’ils tentaient d’aller de Chypre à Tripoli », au nord de Beyrouth.
Bien sûr, toutes ces conclusions sur les actions appropriées contre les riches et les puissants sont fondées sur un vice fondamental : nous c’est nous et eux c’est eux. Ce principe essentiel, profondément enraciné dans la culture Occidentale, suffit à infirmer la comparaison la plus appropriée et le raisonnement le plus parfait.
Pendant que j’écris, un autre bateau est en route de Chypre vers Gaza, « transportant des aides médicales d’urgence dans des boîtes scellées, ayant passées les douanes de l’aéroport international et du port de Larnaca », selon les organisateurs. Les passagers comprennent des membres du Parlement européen et des médecins. Israël a été avisé de leur intention humanitaire. Avec une pression populaire suffisante, ils pourraient réaliser leur mission dans la paix.
Les nouveaux crimes que les Etats-Unis et Israël ont commis dans la bande de Gaza au cours des dernières semaines ne rentrent pas facilement dans une catégorie standard - sauf dans la catégorie familière dont j’ai donné plusieurs exemples, et dont je donnerais d’autres. Littéralement, ces crimes relèvent de la définition officielle par le gouvernement nord américain de « terrorisme », mais cette désignation ne rend pas compte de leur énormité. Ils ne peuvent être appelés « agressions », parce qu’ils sont menés dans les territoires occupés, comme les États-Unis le reconnaissent tacitement. Dans leur vaste érudition de l’histoire de la colonisation israélienne dans les territoires occupés, les Seigneurs de la Terre (Lords of the Land), Idit Zertal et Akiva Eldar remarquent qu’après qu’Israël a retiré ses forces de Gaza en août 2005, les ruines du territoire n’ont pas été libérées, « pas même un jour de l’emprise militaire d’Israël, ni du prix de l’occupation que les habitants paient chaque jour ... Israël a laissé derrière une terre brûlée, des services dévastés et un peuple sans présent ni avenir. Les colonies ont été détruites dans un retrait sans pitié par un occupant barbare qui en fait continue de contrôler le territoire et de tuer et harceler ses habitants grâce à sa formidable puissance militaire » - appliquée avec une extrême sauvagerie et avec le soutien sans faille et la participation des Etats-Unis.
Les attaques israélo-étasuniennes sur Gaza se sont multipliées en janvier 2006, quelques mois après le retrait officiel, lorsque les Palestiniens ont commis un crime véritablement odieux : ils ont voté « dans la mauvaise direction », dans une élection libre. Comme d’autres, les Palestiniens ont appris que l’on ne désobéit pas impunément aux ordres du Maître, qui continue à fabuler sur son « aspiration à la démocratie », sans susciter le ridicule de l’élite, une autre réussite impressionnante.
Puisque les termes « agression » et « terrorisme » sont inadaptés, un nouveau terme est nécessaire pour décrire la torture sadique et lâche de personnes emprisonnées sans aucune possibilité de fuite, pendant qu’elles sont réduites en poussière par les produits les plus sophistiqués de la technologie militaire des Etats-Unis - utilisées en violation du droit international et même de la loi étasunienne, mais contre un état unilatéralement déclaré hors-la-loi, ce qui est encore un autre détail technique mineur. Un autre détail technique mineur ; le 31 décembre, alors que les habitants de Gaza terrorisés cherchaient désespérément un abri contre l’impitoyable agression, Washington a engagé un navire marchand allemand pour transporter un lourd chargement de Grèce en Israël, 3.000 tonnes de « munitions » non identifiées. Cette expédition « faisait suite à l’affrètement d’un navire de commerce pour transporter des États-Unis vers Israël une cargaison plus importante de matériel militaire, avant les frappes aériennes de décembre sur la bande de Gaza », a indiqué Reuters. Tout cela en plus des 21 milliards de dollars en aide militaire américaine fournie par l’administration Bush à Israël, en majorité sous forme de subventions. « L’intervention d’Israël dans la bande de Gaza a été largement alimentée par des armes fournies par les Etats-Unis, payées avec l’argent des contribuables », selon les informations de la New America Foundation, qui surveille le commerce des armes. La dernière expédition a été contrariée par la décision du gouvernement Grec d’interdire l’utilisation de ses ports « pour l’approvisionnement de l’armée israélienne ».
La réponse de la Grèce aux crimes israéliens soutenus par les Etats-Unis est assez différente de l’attitude soumise de la plupart des dirigeants d’Europe. Cette distinction montre que Washington a peut-être été très réaliste en considérant la Grèce comme faisant partie du Proche-Orient, et non de l’Europe, jusqu’à la chute en 1974 de la dictature fasciste soutenue par les Etats-Unis. Peut-être que la Grèce est-elle trop civilisée pour faire partie de l’Europe.
Si d’aucun avait trouvé curieux le moment de ces livraisons d’armes à Israël et s’était informé plus avant, le Pentagone avait une réponse : la cargaison arriverait trop tard pour appuyer l’attaque de la bande de Gaza, et le matériel militaire quel qu’il soit, devait être pré-positionné en Israël en vue d’une éventuelle utilisation par l’armée étasunienne. C’est peut-être exact. L’un des nombreux services qu’Israël offre à son patron est de lui fournir une base militaire à la périphérie des plus grandes ressources énergétiques du monde. Il peut donc servir de base avancée pour une agression des États-Unis - ou pour utiliser des termes techniques, pour « défendre la région du Golfe » et « assurer sa stabilité ».
L’énorme flux d’armes vers Israël sert beaucoup d’autres objectifs. L’analyste politique du Moyen-Orient Mouin Rabbani observe qu’Israël peut tester des armes nouvelles contre des cibles sans défense. Cela sert Israël et les États-Unis « doublement en fait, puisque des versions moins performantes de ces mêmes armes sont ensuite vendues à prix fort aux Etats Arabes, qui contribuent efficacement à l’industrie militaire des Etats-Unis et aux subventions militaires étasuniennes en Israël ». C’est un rôle supplémentaire d’Israël dans un Moyen-Orient dominé par les États-Unis, et l’une des raisons pour lesquelles Israël est favorisé par les autorités Fédérales, ainsi que par un large éventail de sociétés de haute technologie des États-Unis et, bien sûr, l’industrie militaire et de renseignements.
Au-delà d’Israël, les États-Unis sont de loin les principaux fournisseurs d’armes au reste du monde. Le récent rapport de la Fondation New America conclut que « les armes et les Ecoles Militaires des États-Unis ont joué un rôle dans 20 des 27 plus grandes guerres du monde en 2007 », représentant 23 milliards de dollars de recettes, et 32 milliards en 2008. Il n’est pas étonnant que parmi les nombreuses résolutions auxquelles les États-Unis se sont opposés lors de la session de l’ONU de décembre 2008 figure un appel pour la réglementation du commerce des armes. En 2006, les États-Unis ont été les seuls à voter contre le traité, mais ils ont eu un partenaire en novembre 2008 : le Zimbabwe.
D’autres voix se sont fait entendre à la session des Nations Unies de décembre. Une résolution sur « le droit du peuple palestinien à l’autodétermination » a été adoptée par 173 voix contre 5 (États-Unis, Israël, et des dépendances des îles du Pacifique). Dans l’isolement international, le vote réaffirme avec force le rejectionisme américano-israélien. De même, une résolution sur « la liberté universelle de voyager et sur l’importance capitale du regroupement familial » a été adoptée avec l’opposition des États-Unis, d’Israël et des dépendances du Pacifique, vraisemblablement en pensant aux Palestiniens.
En votant contre le droit au développement les États-Unis ont perdu Israël, mais gagné l’Ukraine. En votant contre le « droit à l’alimentation », les États-Unis étaient seuls, un fait particulièrement frappant dans le contexte de la formidable crise alimentaire mondiale qui éclipse la crise financière pesant sur les économies occidentales.
Il y a de bonnes raisons pour que ces votes soient constamment cachés et enfouis par les médias et les intellectuels conformistes dans les replis profonds de la mémoire. Il ne serait pas sage de révéler au public ce qu’impliquent les votes de leurs représentants. Dans le cas présent, il serait évidemment contreproductif de faire savoir au public que le rejectionisme des Etats-Unis et d’Israël, interdisant le règlement pacifique préconisé depuis longtemps par la communauté internationale, atteint un tel extrême qu’il refuse même aux Palestiniens le droit absolu à l’autodétermination.
A Gaza, un bénévole héroïque, le médecin norvégien Mads Gilbert, a décrit une vision d’horreur, une « Guerre totale contre la population civile de Gaza ». Il a estimé que la moitié des victimes sont des femmes et des enfants. Les hommes aussi, selon les normes de notre culture, sont presque tous des civils. Gilbert signale qu’il a à peine vu un militaire parmi les centaines de blessés. Les IDF acquiescent ; le Hamas « combat de loin - ou pas du tout », dit Ethan Bronner dans son « inventaire des gains » de l’agression américano-israélienne. Donc, les forces humaines du Hamas restent intactes, et ce sont surtout les civils qui souffrent : un résultat positif, selon une doctrine largement répandue.
Ces estimations ont été confirmées par un responsable humanitaire de l’ONU John Holmes, qui a informé les journalistes qu’il était « assez probable » que la plupart des civils tués étaient des femmes et des enfants, dans cette crise humanitaire qui « empire de jour en jour tandis que la violence se poursuit ». Mais nous pourrions être réconfortés par les paroles du ministre israélien des Affaires étrangères Tzipi Livni, la colombe en chef de la campagne électorale actuelle, qui a assuré au monde qu’il n’existe pas de « crise humanitaire » à Gaza, grâce à la bienveillance d’Israël
Comme d’autres qui se préoccupent des êtres humains et de leur sort, Gilbert et Holmes ont plaidé en faveur d’un cessez-le-feu. Pas immédiat cependant. « A l’ONU le samedi soir, les États-Unis ont empêché le Conseil de Sécurité d’émettre une déclaration officielle appelant à un cessez-le-feu immédiat », dit en passant le New York Times. La raison officielle était qu’ « il n’y avait aucune indication que le Hamas respecte un engagement ». Dans les annales des justifications du plaisir de massacrer, celle-ci doit se classer parmi les plus cyniques. Cela bien sûr c’était sous Bush et Rice, qui seront bientôt remplacés par Obama qui répète avec compassion que « si les missiles tombaient où mes deux filles dorment, je ferais tout pour mettre fin à cela ». Il fait référence aux enfants israéliens, non pas aux centaines d’êtres mis en lambeaux dans la bande de Gaza par les armes étasuniennes. A part cela, Obama garde le silence.
Quelques jours après, sous une intense pression internationale, les Etats-Unis ont soutenu une résolution du Conseil de Sécurité appelant à un « cessez-le-feu durable ». Adoptée 14-0, les États-Unis s’abstenant. Les faucons d’Israël et des Etats-Unis étaient fâchés que les États-Unis n’y opposent pas leur veto, comme d’habitude. L’abstention cependant a suffi à donner à Israël, si ce n’est le feu vert, au moins le feu orange pour l’escalade de la violence à laquelle il s’est consacré comme prévu, jusqu’au moment de l’investiture d’Obama.
Le cessez-le-feu (théorique) étant entré en vigueur le 18 janvier, le Centre Palestinien pour les Droits de l’Homme a publié ses chiffres pour le dernier jour de l’agression : 54 Palestiniens tués dont 43 civils désarmés, parmi lesquels 17 enfants. Pendant ce temps, les IDF ont continué à bombarder les maisons civiles et les écoles des Nations Unies. L’estimation du nombre total de morts atteint 1184, dont 844 civils comptant 281 enfants. Les FDI ont continué à utiliser des bombes incendiaires dans la bande de Gaza et à détruire des maisons et des terres agricoles, obligeant les civils à fuir leurs foyers. Quelques heures plus tard, Reuters signalait plus de 1300 tués. Le personnel du Centre Al Mezan, qui surveille attentivement les victimes et les destructions, a visité des zones auparavant inaccessibles en raison de bombardements massifs et incessants. Ils y ont découvert les cadavres de dizaines de civils en décomposition dans les décombres des maisons détruites ou rasées par les bulldozers israéliens. Des quartiers entiers avaient disparus.
Le nombre de morts et de blessés est certainement sous-estimé. Et il est peu probable qu’il y aura une enquête sur ces atrocités. Les crimes de nos ennemis officiels sont soumis à de rigoureuses enquêtes, mais les nôtres sont systématiquement ignorés. Une pratique générale, encore une fois, et compréhensible de la part des Maîtres.
La résolution du Conseil de Sécurité appelait à l’arrêt du trafic d’armes vers Gaza. Les États-Unis et Israël (Rice-Livni) se sont rapidement mis d’accord sur les mesures à adopter pour atteindre ce but, se concentrer sur les armes iraniennes. Il n’est pas nécessaire d’arrêter la contrebande d’armes étasuniennes vers Israël, car il n’y a pas de contrebande : l’énorme flux d’armes est tout à fait public, même s’il n’est pas signalé, comme dans le cas de la livraison d’armes prévue quand le massacre dans la bande de Gaza était en cours.
La résolution appelait également à « assurer la réouverture totale des points de passage, sur la base de l’Accord sur les Mouvements et l’Accès (AMA) signé en 2005 entre l’Autorité Palestinienne et Israël ». Cet accord stipulait que les accès vers Gaza seraient ouverts de façon continue et qu’Israël permettrait le passage des biens et des personnes entre la Cisjordanie et la bande de Gaza.
L’accord Rice-Livni n’a rien à voir avec cet aspect de la résolution du Conseil de Sécurité. Les États-Unis et Israël avaient déjà abandonné l’accord de 2005 dans le cadre de leur punition contre le mauvais vote des Palestiniens lors de l’élection libre de janvier 2006. La conférence de presse de Rice après l’accord Rice-Livni a souligné les efforts constants de Washington pour saper les résultats d’une élection libre dans le monde arabe. « Il y a beaucoup à faire », a t-elle dit, « pour sortir Gaza de l’obscurité du règne du Hamas et lui montrer la lumière que peut apporter la très bonne gouvernance de l’Autorité Palestinienne », - c’est-à-dire, ce qu’elle peut apporter tant qu’elle reste un serviteur fidèle, minée par la corruption et résolue à mener à bien une répression sévère, en bref obéissante.
De retour d’une visite dans le monde arabe, Fawwaz Gerges réaffirma avec force ce que d’autres sur place avaient dit. L’offensive israélo-étasunienne sur la bande de Gaza a exaspéré les populations et suscité une haine amère contre les agresseurs et leurs collaborateurs. « Il suffit de dire que ceux que l’on appelle les États Arabes modérés [ceux qui prennent leurs ordres de Washington] sont sur la défensive, et que le front de résistance mené par l’Iran et la Syrie est le principal bénéficiaire. Une fois de plus, Israël et l’administration Bush ont donné une victoire facile aux dirigeants iraniens ». En outre, « le Hamas va certainement devenir une force politique plus puissante que jamais, qui surpassera sûrement le Fatah, l’appareil de gouvernement de l’Autorité Palestinienne du Président Mahmoud Abbas », le favori de Rice.
Comme le dit le London Financial Times, il est bon de garder à l’esprit que grâce aux remarquables correspondants d’Al-Jazeera, des émissions de télévision en direct et régulières fournissent une « analyse calme et équilibrée du chaos et de la destruction » et offrent « une alternative sévère aux chaînes hertziennes », ne laissant pas le monde arabe strictement ignorant de ce qui se passe à Gaza. Dans les 105 pays où l’autocensure n’est pas si efficace que chez nous, les gens peuvent voir d’heure en heure ce qui se passe, et l’impact est très grand. Aux États-Unis, le New York Times suggère que « le black-out quasi-total d’Al-Jazeera ... est sans doute lié à sa forte critique du gouvernement des États-Unis au début de la guerre en Irak et à sa couverture de l’invasion américaine ». Rumsfeld et Cheney l’ont contesté, donc de toute évidence les médias indépendants ne pouvaient qu’obéir.
Il existe un débat très mesuré sur ce que les assaillants espèrent obtenir. Parmi les objectifs qui sont discutés il y a le rétablissement de ce que l’on appelle « la force de dissuasion » qu’Israël a perdu à la suite de ses échecs au Liban en 2006 - c’est-à-dire la capacité de terroriser tout opposant potentiel et de le soumettre. Il existe cependant des objectifs plus fondamentaux qui ont tendance à être occultés, même s’ils semblent assez évidents à la vue de l’histoire récente.
Israël a quitté Gaza en septembre 2005. Les jusqu’au-boutistes rationnels israéliens, comme Ariel Sharon le saint patron des colons, ont compris l’absurdité de subventionner quelques milliers de colons israéliens illégaux dans les ruines de Gaza, protégés par les IDF, alors qu’ils profitaient de peu de terres, et de ressources limitées. Il était plus logique de faire de Gaza la plus grande prison du monde et de transférer les colons en Cisjordanie, territoire de grande valeur, où Israël est très explicite sur ses intentions, en paroles et évidemment en actes. L’un des buts est d’annexer les terres cultivables, les réserves d’eau, et les agréables banlieues de Jérusalem et de Tel-Aviv, dans l’enceinte du mur de séparation, déclaré illégal mal à propos par la Cour Internationale de Justice. Cela comprend un agrandissement conséquent de Jérusalem, en violation des directives, également mal à propos, du Conseil de Sécurité qui remontent à 40 ans. Israël a également pris le contrôle de la vallée du Jourdain, soit environ un tiers de la Cisjordanie. Ce qui subsiste est encerclé et coupé en trois par des extensions des colonies juives : l’une à l’est du Grand Jérusalem à travers la ville de Ma’aleh Adumim, développée dans les années Clinton pour diviser la Cisjordanie ; et deux au nord, à travers les villes d’Ariel et de Kedumim. Les morceaux qui restent aux Palestiniens sont séparés par des centaines de points de contrôle le plus souvent arbitraires.
Les points de contrôle n’ont aucun rapport avec la sécurité d’Israël, et si certains sont destinés à protéger les colons, ils sont simplement illégaux, comme l’a statué la Cour Internationale de Justice. En réalité, leur principal but est de harceler la population palestinienne et de fortifier ce que l’activiste israélien pour la paix Jeff Halper appelle la « matrice de contrôle », visant à rendre la vie insupportable aux « bêtes à deux pattes » qui seront comme des « cafards drogués courrant en rond dans une bouteille » s’ils cherchent à rester dans leurs maisons et sur leurs terres. Tout cela est assez juste, car ils sont « comme des sauterelles par rapport à nous », et leurs chefs pourront être « écrasé contre les rochers et les murs ». La terminologie est celle des plus hauts dirigeants politiques et militaires israéliens, les « Princes » vénérés. Et ces attitudes façonnent les politiques.
Les délires des dirigeants politiques et militaires sont bénins par rapport aux prêches des autorités rabbiniques. Ce ne sont pas des personnalités marginales. Au contraire, elles sont très influentes dans l’armée et chez les colons, que Zertal et Eldar appellent les « Seigneurs de la Terre », et ont un immense impact politique. Les soldats combattant dans le nord de Gaza furent gratifiés d’une visite « charismatique » de deux grands rabbins, qui leur ont expliqué qu’il n’existe pas d’ « innocents » à Gaza, que tout le monde y est donc une cible légitime, en citant un célèbre passage des Psaumes priant le Seigneur de saisir les enfants des oppresseurs d’Israël et les jeter contre les rochers. Les rabbins ne marchaient pas en terre inconnue. Un an plus tôt, comme le rapporte le Jérusalem Post, l’ancien chef rabbin Séfarade a écrit au Premier ministre Olmert, l’informant que tous les civils dans la bande de Gaza sont collectivement coupables des tirs roquettes, ainsi il n’y a « absolument aucune interdiction morale au massacre aveugle de civils pendant une éventuelle offensive militaire massive sur la bande de Gaza visant à arrêter les tirs de fusées ». Son fils, grand rabbin de Safed, a surenchéri : « S’ils ne s’arrêtent pas après que nous en ayons tué 100, alors nous devons en tuer 1.000, et s’ils ne s’arrêtent pas après 1.000, alors nous devons en tuer 10.000. S’ils ne s’arrêtent pas, nous devons en tuer 100.000, même un million. Ce qu’il faudra pour les faire cesser. »
Des points de vue similaires sont exprimés par des personnalités laïques étasuniennes. Quand Israël a envahi le Liban en 2006, le professeur Alan Dershowitz de l’Ecole de Droit de Harvard, a expliqué dans le journal libéral en ligne Huffington Post, que tous les Libanais sont des cibles légitimes de la violence israélienne. Les citoyens du Liban “payent le prix“ de leur soutien au « terrorisme » - c’est-à-dire leur soutien à la résistance à l’invasion israélienne. En conséquence, les civils libanais ne sont pas plus protégés des attaques que les Autrichiens qui soutenaient les nazis. La fatwa du rabbin séfarade s’applique à eux. Dans une vidéo sur le site Internet du Jérusalem Post, Dershowitz continua à ridiculiser les propos sur le rapport excessif entre les morts Palestiniens et Israéliens : il doit être porté à 1.000 pour un, dit-il, ou même 1.000 pour zéro, signifiant que les brutes devaient être complètement exterminées. Bien sûr, il se réfère à des « terroristes », une vaste catégorie qui inclut les victimes du pouvoir israélien, car « Israël n’a jamais pour cible des civils », déclara-t-il avec insistance. Il s’ensuit que les Palestiniens, les Libanais, les Tunisiens, ou quiconque se trouve sur le chemin de l’impitoyable armée du Saint État est un terroriste, ou une victime accidentelle de leurs justes crimes.
Il n’est pas facile de trouver de contreparties historiques à de telles prestations. Il est peut-être instructif qu’elles semblent couler de source dans la culture intellectuelle et morale dominante - quand elles émanent de « notre côté ». Dans la bouche d’ennemis officiels, de tels mots susciteraient une juste indignation et des appels à la vengeance sous forme de violences préventives massives.
L’affirmation selon laquelle « notre camp » ne vise jamais les civils est une doctrine familière à ceux qui monopolisent les moyens de la violence. Et elle contient une part de vérité. Nous n’essayons pas en général, de tuer des civils déterminés. Au contraire, nos actions sont meurtrières, nous le savons, elles tuent de nombreux civils, mais sans intention spécifique d’en tuer un en particulier. En droit, ces pratiques courantes pourraient relever de la catégorie de non-assistance à personne en danger, mais ce n’est pas une désignation correcte pour la pratique et la doctrine impériale standard. Ce serait plutôt comme marcher dans une rue en sachant que l’on peut tuer des fourmis, mais sans intention de le faire, parce qu’elles sont si insignifiantes que ça n’a pas d’importance. Il en est de même quand Israël effectue des actions sachant qu’il va tuer des « sauterelles » et des « bêtes à deux pattes » qui infestent les terres qu’il « libère ». Il n’y a pas de bon terme pour désigner cette forme de dépravation morale par trop familière et sans doute pire que le meurtre délibéré.
Dans l’ancienne Palestine, les propriétaires légitimes (par décret divin, selon les « Seigneurs de la Terre ») peuvent décider d’accorder aux cafards drogués quelques parcelles éparses. Pas par droit, cependant : « Je pensais, et à ce jour je crois encore, que notre peuple a un droit éternel et historique sur l’ensemble de cette terre », déclara en soulevant les applaudissements le Premier Ministre Olmert à une session plénière du Congrès en mai 2006. Dans le même temps, il annonçait son programme de « convergence » pour prendre le contrôle de tout ce qui a de la valeur en Cisjordanie, laissant les Palestiniens moisir dans des recoins isolés. Il n’a pas été précis sur les frontières de « l’ensemble du territoire », mais, pour de bonnes raisons, l’entreprise sioniste ne l’a jamais été : l’expansion permanente est une dynamique interne très importante. Si Olmert est toujours fidèle à ses origines dans le Likoud, il peut avoir voulu dire les deux côtés de la Jordanie, y compris l’état actuel de Jordanie, ou tout du moins les régions qui ont de la valeur.
Le « droit éternel et historique à l’ensemble de la terre » de notre peuple contraste radicalement avec l’absence de tout droit de l’autodétermination pour les habitants temporaires, les Palestiniens. Comme indiqué précédemment, cette dernière position a été réaffirmée, par Israël et son patron à Washington en décembre 2008, dans leur isolement habituel accompagné d’un silence retentissant.
Les plans esquissés par Olmert en 2006 ont depuis été abandonnés comme insuffisamment ambitieux. Mais ce qui remplace le programme de convergence et les actions qui s’ensuivent quotidiennement pour sa mise en œuvre sont approximativement les mêmes dans leur conception générale. Cela remonte aux premiers jours de l’occupation, lorsque le ministre de la Défense Moshe Dayan expliquait poétiquement que « la situation d’aujourd’hui ressemble à la relation complexe entre un bédouin et la jeune fille qu’il a ravie contre sa volonté ... Vous les Palestiniens, en tant que nation, ne voulez pas de nous aujourd’hui, mais nous allons changer votre attitude en vous imposant notre présence ». Vous allez « vivre comme des chiens, et celui qui partira, partira », tandis que nous prendrons ce que nous voudrons.
Que ces programmes soient criminels n’a jamais été mis en doute. Immédiatement après la guerre de 1967, le gouvernement israélien a été informé par sa plus haute autorité juridique, Teodor Meron, que « la colonisation civile des territoires administrés contrevenait aux dispositions formulées par la quatrième Convention de Genève », le fondement du droit international humanitaire. Le ministre de la Justice d’Israël en convenait. La Cour Internationale de Justice a approuvé à l’unanimité cette conclusion essentielle en 2004, et la Haute Cour israélienne a approuvé techniquement tout en étant en désaccord dans la pratique, selon son style habituel.
En Cisjordanie, Israël peut poursuivre ses plans criminels avec l’appui des Etats-Unis et sans être dérangé, grâce à l’efficacité de son contrôle militaire et maintenant grâce à l’aide des forces de sécurité palestiniennes collaborationnistes, armées et entraînées par les États-Unis et les dictatures alliées. Il peut aussi procéder régulièrement à des assassinats et autres crimes pendant que les colons sévissent sous la protection des IDF. Mais, alors que la Cisjordanie a été soumise par la terreur, il y a encore des résistances dans l’autre moitié de la Palestine, la bande de Gaza. Cela aussi doit être réprimé pour que les plans israélo-étasuniens d’annexion et de destruction de la Palestine puissent se développer sans gêne.
D’où l’invasion de Gaza.
Le moment de l’invasion a vraisemblablement été influencé par les prochaines élections israéliennes. Dès les premiers jours du carnage, le commentateur israélien Ran HaCohen a calculé qu’Ehud Barak qui reculait fortement dans les sondages a gagné un siège au Parlement pour 40 morts Arabes.
Cela peut changer cependant. Comme les crimes ont dépassé ce que la campagne de propagande israélienne soigneusement préparée a été en mesure de cacher, même des faucons israéliens avérés se sont inquiétés que le carnage « Détruit l’âme [d’Israël] et son image. Il le détruit sur les écrans de télévision du monde, dans les salons de la communauté internationale et surtout dans l’Amérique d’Obama (Ari Shavit) ». Shavit était particulièrement préoccupé qu’Israël « bombarde une installation des Nations Unies ... le jour où le secrétaire général de l’ONU est en visite à Jérusalem », un acte « au-delà de folie » estima-t-il.
Pour ajouter quelques détails, cette « installation » était la base de l’ONU dans la ville de Gaza et contenait les entrepôts de l’UNRWA. Selon son directeur John Ging, le pilonnage a détruit « des centaines de tonnes de nourriture et de médicaments d’urgence qui devaient être distribuées aujourd’hui dans les abris, les hôpitaux et les centres d’alimentation ». Les frappes militaires ont aussi détruit les deux étages de l’hôpital al-Qods, et y ont mis le feu, ainsi qu’à un deuxième entrepôt géré par le Croissant-Rouge palestinien. L’hôpital du quartier fortement peuplé de Tal-Hawa a été détruit par les chars israéliens « après que des centaines d’habitants de Gaza terrorisés y eurent trouvé refuge quand les forces terrestres israéliennes sont entrées dans le quartier », a indiqué l’Associated Press.
Il n’y avait plus rien à sauver à l’intérieur des ruines fumantes de l’hôpital. « Ils ont bombardé le bâtiment, le bâtiment de l’hôpital. Il a pris feu. Nous avons essayé d’évacuer les malades, les blessés et les personnes qui étaient là. Les pompiers sont arrivés et ont éteint le feu, qui a repris de nouveau et ils l’ont de nouveau éteint, et il s’est rallumé une troisième fois », a raconté l’auxiliaire médical Ahmad Al-Haz à l’AP. On soupçonne que l’incendie pourrait avoir été déclenché par le phosphore blanc, également mis en cause dans de nombreux autres incendies et brûlures graves.
Ces soupçons sont confirmés par Amnesty International après que l’arrêt des bombardements intensifs a permis d’enquêter. Avant, tandis qu’il perpétrait ses crimes dans une fureur sans frein, Israël avait évidemment interdit tout journaliste, même israélien. L’utilisation par Israël de phosphore blanc contre les civils de Gaza est « claire et indéniable », a indiqué Amnesty International. Son utilisation répétée dans des zones civiles densément peuplées « est un crime de guerre », a conclu Amnesty International. Les enquêteurs ont trouvé des éclats de phosphore blanc disséminés dans les bâtiments résidentiels toujours en feu, « mettant en danger d’autres résidants et leurs biens », en particulier les enfants « attirés par les débris d’armes et souvent ignorant des dangers ». Les cibles principales, disent-ils, ont été l’enceinte de l’UNRWA, où le « phosphore blanc est tombé à côté de camions de carburant et a provoqué un immense incendie qui a détruit des tonnes d’aide humanitaire » bien que les autorités israéliennes « avaient assuré qu’aucune nouvelle attaque ne serait lancée sur le complexe ». Le même jour, « un obus au phosphore blanc est tombé sur l’hôpital Al-Qods dans la ville de Gaza causant aussi un incendie qui a obligé le personnel de l’hôpital à évacuer les patients... le phosphore blanc qui tombe sur la peau brûle profondément, jusqu’aux muscles et même aux os, et brûle jusqu’à ce qu’il soit privé d’oxygène ». Qu’ils soient commis intentionnellement ou par indifférence cynique, ces crimes sont inévitables quand une telle arme est utilisée dans des attaques sur les civils.
Il est toutefois erroné de se concentrer uniquement sur les violations flagrantes par Israël du jus in bello (le Droit pendant la Guerre, en latin), lois destinées à interdire des pratiques trop sauvages. L’invasion elle-même est un crime beaucoup plus grave. Et si Israël avait infligé des terribles dégâts avec des arcs et des flèches, ce serait toujours un acte criminel d’une extrême perversion.
Une agression a toujours un prétexte : dans ce cas, la patience d’Israël a été « poussée à bout » par les attaques à la roquette du Hamas, comme dit Barak. Mantra répété à l’infini sur le droit d’Israël d’utiliser la force pour se défendre. La thèse est partiellement défendable. Les tirs de roquettes sont criminels et il est vrai qu’un Etat a le droit de se défendre contre des attaques criminelles. Mais il ne s’ensuit pas qu’il a le droit de se défendre par la force. Cela va bien au-delà de tout principe que nous pourrions ou devrions accepter. L’Allemagne nazie n’avait pas le droit d’utiliser la force pour se défendre contre le terrorisme des partisans. La Nuit de Cristal n’est pas justifiée par l’assassinat par Herschel Grynszpan d’un membre de l’Ambassade d’Allemagne à Paris. Les Britanniques n’avaient pas le droit d’utiliser la force pour se défendre contre la (très réelle) terreur des colons américains cherchant l’indépendance, ou pour terroriser les Catholiques irlandais en réponse à la terreur de l’IRA - et quand ils ont finalement appliqué une politique sensée, tenant compte de revendications légitimes, la terreur a pris fin. Il ne s’agit pas de « proportionnalité », mais d’abord du choix de l’action : existe-t-il une alternative à la violence ?
Tout recours à la force doit s’appuyer sur des arguments indiscutables, et nous devons nous demander si Israël y satisfait en réprimant sans relâche depuis plus de 40 ans toute résistance à ses actions criminelles quotidiennes à Gaza et en Cisjordanie. Peut-être puis-je citer un de mes entretiens à la presse israélienne sur les plans de convergence pour la Cisjordanie annoncés par Olmert : « Les Etats-Unis et Israël ne tolèrent aucune contestation à ces plans, et préfèrent laisser croire - à tort bien sûr - qu’ « il n’y a pas de partenaire », tout en continuant à appliquer ces plans depuis longtemps. On peut rappeler que la bande de Gaza et la Cisjordanie sont reconnues comme entité unique, et si la résistance aux programmes israélo-étasuniens d’annexion et de morcellement est légitime en Cisjordanie, il l’est aussi à Gaza ».
Le journaliste américano-palestinien Ali Abunimah a fait remarquer ; « Il n’y a pas de roquettes tirées sur Israël depuis la Cisjordanie, et pourtant, les exécutions extrajudiciaires par Israël, le vol des terres, les pogroms et les enlèvements par les colons, n’ont jamais cessé un seul jour au cours de la trêve. L’Autorité Palestinienne de Mahmoud Abbas soutenue par l’Occident a accepté toutes les exigences d’Israël. Sous le regard satisfait des conseillers militaires des États-Unis, Abbas a réuni ses « forces de sécurité » afin de lutter contre la résistance au nom d’Israël. Rien de cela n’a épargné un seul Palestinien de Cisjordanie de la colonisation sans relâche d’Israël » - avec l’appui sans faille des États-Unis. Le parlementaire palestinien respecté, le Dr. Mustapha Barghouti, ajoute qu’après la mascarade de Bush à Annapolis en novembre 2007, et sa rhétorique édifiante sur son dévouement à la paix et à la justice, les attaques israéliennes sur les Palestiniens ont fortement augmenté, de près de 50% en Cisjordanie, en même temps que le nombre de colonies israéliennes et les points de contrôle. Il est évident que ces actes criminels ne sont pas une réponse aux roquettes de Gaza, mais que ce pourrait être l’inverse, comme le suggère Barghouti.
Les réactions aux crimes d’une puissance d’occupation peuvent être condamnées comme criminelles et politiquement insensées, mais ceux qui n’offrent aucune alternative n’ont pas de raisons morales pour émettre de tels jugements. La conclusion vaut particulièrement pour ceux qui aux États-Unis choisissent d’être directement impliqués dans les crimes continus d’Israël - par leurs paroles, leurs actions, ou leur silence. D’autant plus parce qu’il y a très clairement des alternatives non-violentes - qui ont toutefois l’inconvénient d’aller à l’encontre des programmes d’expansion illégale.
Israël a un moyen évident de se défendre : mettre un terme à ses actions criminelles dans les territoires occupés et accepter le consensus international qui, de longue date, appelle à la coexistence de deux États. Ce règlement a été bloqué par les États-Unis et Israël depuis plus de 30 ans, depuis le premier veto opposé par les Etats-Unis à une résolution du Conseil de Sécurité de 1976 appelant en ces termes un règlement politique. Je ne vais pas une nouvelle fois détailler ce passé peu glorieux, mais il est important d’être conscient que le rejet israélo-étasunien d’aujourd’hui est encore plus flagrant que par le passé. La Ligue arabe est même allé au-delà du consensus qui appelle à la totale normalisation des relations avec Israël. Le Hamas a maintes fois appelé à un règlement à deux États selon ce consensus international. L’Iran et le Hezbollah ont clairement dit qu’ils respecteraient tout accord accepté par les Palestiniens. Cela laisse les États-Unis et Israël dans un splendide isolement, pas seulement verbal.
Un rappel plus précis est informatif. Le Conseil National Palestinien a accepté officiellement le consensus international en 1988. La réponse du gouvernement de coalition Shamir-Peres, confirmée par le Département d’État de James Baker, est qu’il ne peut y avoir un “État palestinien de plus“ entre Israël et la Jordanie - cette dernière étant déjà un Etat palestinien par décret des Etats-Unis et d’Israël. Les accords d’Oslo qui ont suivi ont écarté toute possibilité pour des Droits Nationaux Palestiniens. La menace qu’ils puissent être obtenus sous une quelconque forme a été systématiquement écartée pendant l’année de négociation des Accords d’Oslo, par l’expansion constante et illégale des colonies de peuplement d’Israël. Colonisation qui s’accéléra en 2000, dernière année au pouvoir du Président Clinton et du Premier ministre Barak, pendant les négociations de Camp David qui se tinrent avec le même sous-entendu.
Après avoir blâmé Yasser Arafat pour la rupture des négociations de Camp David, Bill Clinton se rétracta et reconnut que les propositions des États-Unis et d’Israël étaient trop extrémistes pour les Palestiniens. En décembre 2000, il a présenté ses « mesures », vagues mais plus ouvertes. Il a ensuite annoncé que les deux parties avaient accepté les mesures, alors que toutes deux avaient exprimé des réserves. Les deux parties se sont rencontrées à Taba en Egypte en janvier 2001 et ont été très proches d’un accord, qu’elles auraient pu conclure en quelques jours, ont-ils déclaré dans leur dernière conférence de presse. Mais les négociations ont été annulées prématurément par Ehud Barak. Cette semaine à Taba est la seule pause en plus de 30 ans dans le rejectionisme américano-israélien. Il n’y a aucune raison pour que cela ne puisse se produire à nouveau.
La version préférée, rappelée récemment par Ethan Bronner, est que « Beaucoup à l’étranger se souviennent de M. Barak comme le Premier Ministre qui en 2000 est allée plus loin que n’importe quel dirigeant israélien dans les offres de paix aux Palestiniens. Mais il faut voir comment l’accord a capoté et a dégénéré dans un violent soulèvement palestinien, en l’excluant du pouvoir ». Il est vrai que « beaucoup à l’étranger » croient à ce conte de fées trompeur, grâce à ce que Bronner et un trop grand nombre de ses collègues appellent le « journalisme ».
Il est communément admis qu’une solution à deux États est désormais inaccessible, parce que si l’armée israélienne tentait d’expulser les colons, cela conduirait à une guerre civile. C’est peut-être vrai, mais d’autres arguments sont nécessaires. Sans recourir à la force pour expulser les colons illégaux, l’armée israélienne pourrait simplement se retirer dans les frontières établies par les négociations. Les colons au-delà de ces frontières auraient le choix entre quitter leurs maisons subventionnées pour retourner en Israël, ou y rester sous autorité palestinienne. Le schéma était identique lors de la mise en scène soignée du « traumatisme national » dans la bande de Gaza en 2005, si grossièrement trompeuse qu’elle fut raillée par les commentateurs israéliens. Il aurait suffi à Israël d’annoncer que les IDF se retiraient, pour que les colons subventionnés pour profiter de leur vie dans la bande de Gaza montent discrètement dans les camions mis à leur disposition pour se rendre à leur nouvelle résidence subventionnée en Cisjordanie. Mais cela n’aurait pas produit les images tragiques d’enfants angoissés ou d’exaltés criant « plus jamais ça ».
En résumé, contrairement à l’affirmation constamment répétée, Israël n’a pas le droit d’utiliser la force pour se défendre contre les roquettes de la bande de Gaza, même si elles sont considérées comme des crimes terroristes. En outre, les raisons sont transparentes. Le prétexte pour le lancement de l’attaque est sans fondement.
Une question plus précise doit être posée. Israël a-t-il des alternatives pacifiques à court terme à l’utilisation de la force en réponse aux roquettes tirées de Gaza ? L’une d’elles serait d’accepter un cessez-le-feu. Israël l’a parfois fait, mais il l’a instantanément violé. Le plus récemment en juin 2008. Le cessez-le-feu prévoyait l’ouverture des frontières pour « permettre le transport de toutes les marchandises qui avaient été interdites ou limitées dans la bande de Gaza ». Israël a formellement accepté, mais a immédiatement annoncé qu’il ne respecterait pas l’accord ni l’ouverture des frontières jusqu’à ce que le Hamas libère Gilad Shalit, un soldat israélien capturé par le Hamas en juin 2006.
Les roulements de tambour continus à propos de la capture de Shalit sont encore une fois une hypocrisie flagrante, même en oubliant qu’Israël a une longue histoire d’enlèvements. L’hypocrisie ne peut être plus flagrante que dans ce cas. La veille de la capture de Shalit par le Hamas, des soldats israéliens sont entrés dans la ville de Gaza et ont enlevé deux civils, les frères Muammar, les emmenant en Israël rejoindre les milliers d’autres prisonniers détenus là-bas sans aucune charge, près de 1.000. L’enlèvement de civils est un crime beaucoup plus grave que la capture d’un soldat d’une armée attaquante, mais de cela on ne parle jamais, seulement et toujours de la fureur provoquée par l’enlèvement de Shalit. Et tout ce qui reste en mémoire, la cause du blocage de la paix, c’est la capture de Shalit, un autre exemple de la différence entre les humains et les bêtes à deux pattes. Shalit doit être rendu - au cours d’un juste échange de prisonniers.
C’est après la capture de Shalit que les attaques militaires implacables d’Israël contre Gaza, de simplement vicieuses, sont devenues vraiment sadiques. Mais il faut rappeler que même avant la capture, après son retrait en septembre, Israël a tiré plus de 7.700 obus sur le nord de Gaza, ne suscitant pratiquement aucun commentaire.
Après le rejet du cessez-le-feu de juin 2008 qu’il avait officiellement accepté, Israël a maintenu son siège. Pouvons-nous rappeler qu’un siège est un acte de guerre. En fait, Israël a toujours insisté sur un principe encore plus fort : entraver l’accès au monde extérieur, même par un siège partiel, est un acte de guerre justifiant la violence massive en réponse. Les entraves à son passage par le détroit de Tiran ont fait partie des prétextes d’Israël pour envahir l’Égypte (avec la France et l’Angleterre) en 1956, et pour son entrée en guerre en juin 1967. Le siège de Gaza est total, pas partiel, à part quelques exceptions quand, selon leur bon vouloir les occupants le relâchent un peu. Et il est beaucoup plus préjudiciable à Gaza que la fermeture du détroit de Tiran l’était pour Israël. Les partisans de la doctrine et des actions israéliennes ne devraient donc avoir aucun problème à justifier les attaques à la roquette sur le territoire israélien depuis la bande de Gaza.
Bien sûr et encore, nous sommes confrontés au principe infirmatif : nous c’est nous, eux c’est eux.
Israël non seulement a maintenu le siège après juin 2008, mais il l’a fait avec une extrême rigueur. Il a même empêché l’UNRWA de reconstituer ses stocks, « de sorte que lorsque le cessez-le-feu a pris fin, nous avons manqué de nourriture pour les 750.000 personnes qui dépendent de nous », a déclaré le directeur de l’UNRWA John Ging à la BBC.
Malgré le siège israélien, les tirs de roquettes ont fortement diminué. Le cessez-le-feu a été rompu le 4 novembre par un raid israélien dans la bande de Gaza entraînant la mort de 6 Palestiniens, et des tirs de roquettes en représailles (aucune victime). Le prétexte invoqué pour justifier le raid était qu’Israël avait repéré un tunnel dans la bande de Gaza qui pourrait servir à capturer un autre soldat israélien. Comme un certain nombre de commentateurs l’ont noté, le prétexte est totalement absurde. Si ce tunnel existait et atteignait la frontière, Israël aurait pu facilement le boucher à cet endroit. Mais comme d’habitude, le faux prétexte israélien a été jugé crédible.
Quelle a été la vraie raison de l’attaque israélienne ? Nous n’avons pas d’éléments de preuve sur les plans d’Israël, mais nous savons que le raid est intervenu peu avant des entretiens prévus entre le Fatah et le Hamas au Caire, visant à « aplanir leurs divergences et à créer un gouvernement unifié », signale le correspondant britannique Rory McCarthy. Ce devait être la première rencontre Fatah-Hamas depuis la guerre civile de juin 2007 qui a donné le contrôle de la bande de Gaza au Hamas, et cela aurait été une étape importante pour la diplomatie. Israël a une longue histoire de provocations en vue de dissuader la menace diplomatique, certaines ayant déjà été mentionnées. Ceci en est sûrement une autre.
La guerre civile qui a laissé le contrôle de la bande de Gaza au Hamas est communément décrite comme un coup d’Etat militaire du Hamas, ce qui démontre à nouveau sa nature diabolique. Le monde réel est un peu différent. La guerre civile a été organisée par les États-Unis et Israël, dans une grossière tentative de coup d’Etat pour renverser le Hamas, porté au pouvoir par des élections libres. Cela est connu du public au moins depuis avril 2008, quand David Rose a publié dans Vanity Fair un rapport détaillé et documentée sur la façon dont Bush, Rice, et le sous-conseiller pour la sécurité nationale Elliott Abrams « ont soutenu la force armée aux ordres de l’homme fort du Fatah Muhammad Dahlan, déclenchant une guerre civile sanglante dans la bande de Gaza et en laissant le Hamas plus fort que jamais ». Ce rapport a été récemment confirmé dans le Christian Science Monitor (12 janvier, 2009) par Norman Olsen, qui a travaillé 26 ans aux Affaires Etrangères, dont quatre dans la bande de Gaza et quatre autres à l’ambassade américaine à Tel-Aviv, puis est devenu coordinateur associé pour le contre-terrorisme au Département d’Etat. Olson et son fils détaillent les manigances du Département d’État destinées à assurer que leur candidat, Abbas, gagne les élections de janvier 2006 - ce qui aurait été salué comme un triomphe de la démocratie. Après ce bidouillage raté des élections, ils se sont tournés vers la répression des Palestiniens et l’armement d’une milice dirigée par l’homme fort du Fatah Mohammed Dahlan. Mais « les voyous de Dahlan ont agi trop tôt » et une action préventive du Hamas a fait échouer la tentative de coup d’Etat, menant à des mesures bien plus sévères de la part des Etats-Unis et d’Israël pour punir la désobéissance du peuple de Gaza. La Ligne du Parti est plus crédible.
En novembre, après qu’Israël a rompu le cessez-le-feu de juin 2008 (quoiqu’il ait été), le siège a été encore renforcé, avec des conséquences encore plus désastreuses pour la population. Selon Sara Roy, une des meilleures spécialistes universitaires de la bande de Gaza, « Le 5 novembre, Israël a fermé tous les points de passage dans la bande de Gaza, réduisant considérablement, et parfois refusant, le passage de vivres, de médicaments, de carburant, de gaz de cuisine, et de pièces détachées pour l’adduction et l’assainissement de l’eau... Au cours de novembre, une moyenne de 4,6 camions de nourriture est entrée chaque jour d’Israël à Gaza comparée à 123 camions par jour en octobre. L’entrée de pièces de rechange pour la réparation et l’entretien des équipements d’eau a été refusée pendant plus d’un an. L’Organisation Mondiale de la Santé vient d’indiquer que la moitié des ambulances de la bande de Gaza est hors service » - les autres sont rapidement devenus des cibles pour les attaques israéliennes. La seule centrale électrique de Gaza a été contrainte de suspendre son activité, faute de carburant, et ne peut pas être démarrée par manque de pièces de rechange, en attente dans le port israélien d’Ashdod depuis 8 mois. La pénurie d’électricité a conduit à une augmentation de 300% des cas de brûlures à l’hôpital Shifaa dans la bande de Gaza, dues à l’utilisation de feux de bois. Israël interdit le passage du chlore, de sorte que d’ici à la mi-décembre, l’accès à l’eau dans la ville de Gaza et au nord a été limité à six heures tous les trois jours. Les pertes humaines induites ne sont pas comptabilisées dans les victimes palestiniennes de la terreur israélienne.
Après l’attaque israélienne du 4 novembre, la violence a augmenté des deux côtés (tous les morts sont palestiniens) jusqu’à ce que le cessez-le-feu prenne officiellement fin le 19 décembre et que le Premier Ministre Olmert autorise l’invasion à grande échelle.
Quelques jours plus tôt, le Hamas avait proposé de revenir à l’accord de cessez-le-feu de juillet, qu’Israël n’avait pas respecté. Robert Pastor, historien et ancien haut fonctionnaire de l’administration Carter a transmis la proposition à un « haut fonctionnaire » de l’armée israélienne, mais Israël n’a pas répondu. Au contraire, le chef du Shin Bet, l’organisme de sécurité intérieure d’Israël, cité le 21 décembre par des sources israéliennes, a dit que le Hamas est prêt à poursuivre la « trêve » avec Israël, alors que son aile militaire poursuit ses préparatifs de guerre.
« Il y avait clairement une alternative à l’approche militaire pour arrêter les tirs de roquettes », a déclaré Pastor, s’en tenant à la question restreinte de la bande de Gaza. Il y avait aussi une alternative de bien plus grande portée mais rarement évoquée : l’acceptation d’un règlement politique incluant tous les territoires occupés.
Le haut correspondant diplomatique d’Israël Akiva Eldar, rapporte que peu de temps avant qu’Israël lance son invasion à grande échelle, le samedi 27 décembre, « le chef du bureau politique du Hamas Khaled Mechaal avait annoncé sur le site Internet Iz al-Din al-Qassam, qu’il était prêt, non seulement à un « arrêt de l’agression » mais proposait de revenir à l’arrangement de Rafah de 2005, avant que le Hamas ne remporte les élections et ne s’empare de la région. Cet arrangement prévoyait que les points de passages seraient supervisés conjointement par l’Egypte, l’Union européenne, la présidence de l’Autorité palestinienne et le Hamas », et comme indiqué précédemment, a appelé à l’ouverture de passages pour les denrées faisant cruellement défaut.
Une des revendications des apologistes les plus simplistes de la violence israélienne est que dans le cas de l’attaque actuelle, « comme dans de nombreux autres cas dans le dernier demi-siècle - la guerre au Liban de 1982, le « gant de fer » qui répond à l’Intifada de 1988, la guerre au Liban de 2006 - les Israéliens ont réagi à des actes intolérables de terreur avec la volonté d’infliger des douleurs atroces, pour donner une leçon à l’ennemi » (David Remnick, éditeur du New Yorker). Comme cela a déjà été mentionné, l’invasion de 2006 ne peut être justifiée que par un cynisme épouvantable. La réponse vicieuse à l’Intifada de 1988 est trop amorale pour être discutée ; une interprétation bienveillante pourrait être qu’elle reflète une étonnante ignorance. Mais l’explication de Remnick de l’invasion de 1982 est tellement fréquente, une réussite remarquable de propagande ininterrompue, qu’elle mérite quelques rappels.
Sans aucun doute, la frontière israélo-libanaise a été calme pendant un an avant l’invasion israélienne, au moins à partir du Liban vers Israël, du nord au sud. Toute l’année, l’OLP a scrupuleusement observé un cessez-le-feu appuyé par les Etats-Unis, en dépit de constantes provocations israéliennes, y compris des bombardements faisant de nombreuses victimes civiles, probablement destinées à susciter des réactions qui pourraient être utilisées par Israël pour justifier une invasion planifiée avec soin. Israël n’a obtenu que deux petites répliques symboliques. Il a alors lancé l’invasion avec un prétexte trop absurde pour d’être pris au sérieux.
L’invasion n’a effectivement rien à voir avec des « actes intolérables de terrorisme », mais avec des actes intolérables de diplomatie. Cela n’a jamais été un mystère. Peu après que l’invasion soutenue par les Etats-Unis ait commencé, le meilleur spécialiste universitaire des Palestiniens en Israël, Yehoshua Porath - qui n’est pas une colombe - a écrit que la réussite d’Arafat à maintenir le cessez-le-feu constitue « une véritable catastrophe aux yeux du gouvernement israélien » car elle ouvre la voie à un règlement politique. Le gouvernement espérait que l’OLP recourrait au terrorisme, affaiblissant la menace qu’il puisse devenir « un partenaire légitime de négociations pour de futurs accords politiques. »
Les faits ont été bien compris en Israël, et non dissimulés. Le Premier ministre Yitzhak Shamir a déclaré qu’Israël avait opté pour la guerre parce qu’il y avait « un terrible danger ... pas tant militaire que politique », incitant l’excellent satiriste israélien B. Michael à écrire « l’excuse boiteuse d’un danger militaire, ou d’un danger tout court, pour la Galilée est morte ». Nous « avons effacé le danger politique » en frappant les premiers et à temps. Maintenant, « Dieu merci, il n’y a plus personne à qui parler ». L’historien Benny Morris a reconnu que l’OLP avait observé le cessez-le-feu, et a expliqué que « le caractère inévitable de la guerre était l’OLP en tant que menace politique sur Israël, et la volonté d’Israël de garder les territoires occupés ». D’autres encore ont franchement reconnu ces faits incontestés.
En première page dans un article de réflexion sur la dernière invasion de Gaza, le correspondant du New York Times, Steven Lee Meyers, écrit que « D’une certaine manière, les attaques sur Gaza rappellent le pari qu’Israël avait pris, et en grande partie perdu, au Liban en 1982 [quand] il l’a envahi pour éliminer la menace des forces de Yasser Arafat ». Correct, mais pas dans le sens auquel il pense. En 1982, comme en 2008, les attaques ont été nécessaires pour éliminer la menace d’un règlement politique.
L’espoir de la propagande israélienne était que les intellectuels et les médias occidentaux achèteraient l’histoire qu’Israël n’avait fait que réagir à une pluie de roquettes sur la Galilée, « intolérables actes de terrorisme ». Et ils n’ont pas été déçus.
Ce n’est pas qu’Israël ne veuille pas la paix, tout le monde veut la paix, même Hitler la voulait. La question est : à quelles conditions ? Depuis ses origines, le mouvement sioniste a compris que pour atteindre ses buts, la meilleure stratégie serait de retarder un règlement politique, tout en construisant des faits sur le terrain. Même les quelques accords, comme ceux de 1947, ont été conçus par la direction sioniste comme des étapes provisoires pour poursuivre l’expansion. La guerre du Liban de 1982 a été un exemple spectaculaire de la peur extrême de la diplomatie. Elle a été suivie par le soutien d’Israël au Hamas afin de saper l’OLP laïque et ses initiatives de paix irritantes. Un autre exemple qui devrait être familier est constitué par les provocations israéliennes avant la guerre de 1967 - au moins 80% des incidents, selon le ministre de la Défense Moshe Dayan - visant à déclencher une réponse syrienne qui aurait pu être utilisée comme prétexte à la violence et à la conquête d’autres terres.
L’histoire remonte loin en arrière. L’histoire officielle de la Haganah, la force militaire d’avant l’Etat Juif, raconte l’assassinat en 1924 du poète juif religieux Jacob de Haan, accusé d’avoir conspiré avec la communauté juive traditionnelle (la vieille Yichouv) et le Haut Comité Arabe contre les nouveaux immigrants et leur entreprise de colonisation. Et il y a eu de nombreux exemples depuis.
L’effort pour retarder un compromis politique a toujours eu un sens parfait, de même que les mensonges qui l’accompagnent sur le « manque de partenaire pour la paix ». Il est difficile d’imaginer une autre façon de contrôler la terre où vous êtes indésirable.
Des raisons semblables sous tendent la préférence d’Israël pour l’expansion plutôt que pour la sécurité. Sa violation du cessez-le-feu le 4 novembre 2009 en est l’un des nombreux exemples récents.
Une chronologie d’Amnesty International montre que le cessez-le-feu de juin 2008 avait « apporté d’énormes améliorations dans la qualité de vie des habitants de Sderot et d’autres villages israéliens près de Gaza, où auparavant les gens vivaient dans la crainte des prochains tirs de roquettes palestiniens. Toutefois, à proximité, dans la bande de Gaza, le blocus israélien reste en place et la population n’a pas encore vu les bénéfices du cessez-le-feu ». Mais les gains en matière de sécurité pour les villes d’Israël près de la bande de Gaza ont été manifestement dépassés par le besoin de dissuader les initiatives diplomatiques qui pourraient entraver l’expansion en Cisjordanie et d’écraser toute résistance résiduelle en Palestine.
La préférence pour l’expansion sur la sécurité a été particulièrement manifeste depuis la décision fatale d’Israël en 1971. Soutenu par Henry Kissinger, il a rejeté l’offre du président d’Egypte Sadate, d’un traité de paix global qui n’offrait rien aux Palestiniens - un accord que les Etats-Unis et Israël ont été obligés d’accepter à Camp David, huit ans plus tard, après une guerre qui fut presque un désastre pour Israël. Un traité de paix avec l’Egypte aurait mis fin à toute menace à la sécurité, mais il y avait un quiproquo inacceptable : Israël aurait dû abandonner ses vastes programmes de peuplement dans le nord-est du Sinaï. La sécurité était, et est toujours, une priorité moindre que l’expansion. Des preuves évidentes de cette conclusion sont fournies par l’étude magistrale sur la sécurité et la politique étrangère d’Israël « Défense de la Terre Sainte », par Zeev Maoz.
Aujourd’hui, Israël pourrait avoir la sécurité et des relations normalisées et intégrées dans la région. Mais il préfère clairement l’expansion illégale, les conflits, et l’exercice répété de la violence. Actions qui ne sont pas seulement criminelles, meurtrières et destructrices, mais qui sapent sa propre sécurité à long terme. Le spécialiste militaire des Etats-Unis et du Moyen-Orient Andrew Cordesman écrit qu’Israël peut être sûr de sa force militaire pour écraser la bande de Gaza sans défense. Mais il ajoute, « ni Israël ni les États-Unis ne peuvent profiter d’une guerre qui produit une réaction [amère] de l’une des voix les plus sages et les plus modérées du Monde Arabe, celle du Prince Turki al-Fayçal d’Arabie Saoudite, qui a dit le 6 janvier : « Avec ces massacres et effusions de sang d’innocents dans la bande de Gaza, l’administration Bush a laissé [à Obama] un héritage déplorable et une position dangereuse ... Assez, c’est assez ! Aujourd’hui nous sommes tous des Palestiniens et nous recherchons le martyre pour Dieu et pour la Palestine, en mémoire de ceux qui sont morts dans la bande de Gaza ».
Une des voix les plus sages en Israël, celle d’Uri Avnery, dit qu’après la victoire militaire israélienne, « Une cicatrice restera dans la conscience du monde, l’image d’un monstre taché de sang, Israël, prêt à chaque instant à commettre des crimes de guerre et à refuser toute contrainte morale. Cela aura de graves conséquences pour notre futur, notre position dans le monde et nos chances de parvenir à la paix et au calme. En fin de compte, cette guerre est aussi un crime contre nous-mêmes, un crime contre l’État d’Israël ».
Il y a de bonnes raisons de croire qu’il a raison. Israël est délibérément en train de devenir le pays le plus haï au monde. Israël est aussi en train de perdre la confiance de l’Occident, y compris celle des jeunes Juifs américains qui sont peu susceptibles de tolérer encore longtemps ses crimes choquants. Il y a quelques décennies, j’ai écrit que ceux qui se déclarent « partisans d’Israël » sont en réalité des partisans de sa dégénérescence morale et de sa destruction probable. Malheureusement, ce jugement semble de plus en plus crédible.
Pendant ce temps, nous observons tranquillement un événement rare dans l’histoire, ce que le défunt sociologue israélien Baruch Kimmerling appelait « politicide », le meurtre d’une nation - à notre porte.
Par Noam Chomsky
20 janvier 2009
Traduction par Laurent EMOR pour le Grand Soir http://www.legrandsoir.info
ARTICLE ORIGINAL
http://www.zcommunications.org/znet/viewArticle/20316


Dernière édition par coquelicot le Ven 6 Fév - 21:42 (2009); édité 1 fois
 
      Back To Top  

Dim 1 Fév - 11:49 (2009)
Auteur Message
Publicité






Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
 
      Back To Top  

Dim 1 Fév - 12:58 (2009)
Auteur Message
coquelicot


Hors ligne

Inscrit le: 19 Nov 2008
Messages: 822
Point(s): 822
Moyenne de points: 1,00

Sujet du message: La question Israélo-Palestinienne Répondre en citant

Pour Gimli
"
Les délires des dirigeants politiques et militaires sont bénins par rapport aux prêches des autorités rabbiniques. Ce ne sont pas des personnalités marginales. Au contraire, elles sont très influentes dans l’armée et chez les colons, que Zertal et Eldar appellent les « Seigneurs de la Terre », et ont un immense impact politique. Les soldats combattant dans le nord de Gaza furent gratifiés d’une visite « charismatique » de deux grands rabbins, qui leur ont expliqué qu’il n’existe pas d’ « innocents » à Gaza, que tout le monde y est donc une cible légitime, en citant un célèbre passage des Psaumes priant le Seigneur de saisir les enfants des oppresseurs d’Israël et les jeter contre les rochers. Les rabbins ne marchaient pas en terre inconnue. Un an plus tôt, comme le rapporte le Jérusalem Post, l’ancien chef rabbin Séfarade a écrit au Premier ministre Olmert, l’informant que tous les civils dans la bande de Gaza sont collectivement coupables des tirs roquettes, ainsi il n’y a « absolument aucune interdiction morale au massacre aveugle de civils pendant une éventuelle offensive militaire massive sur la bande de Gaza visant à arrêter les tirs de fusées ». Son fils, grand rabbin de Safed, a surenchéri : « S’ils ne s’arrêtent pas après que nous en ayons tué 100, alors nous devons en tuer 1.000, et s’ils ne s’arrêtent pas après 1.000, alors nous devons en tuer 10.000. S’ils ne s’arrêtent pas, nous devons en tuer 100.000, même un million. Ce qu’il faudra pour les faire cesser. » "


La part de la religion dans le sionisme n'est pas négligeable.


 
      Back To Top  

Dim 1 Fév - 13:36 (2009)
Auteur Message
Gimli


Hors ligne

Inscrit le: 20 Nov 2008
Messages: 1 389
Point(s): 422
Moyenne de points: 0,30

Sujet du message: La question Israélo-Palestinienne Répondre en citant

000

Dernière édition par Gimli le Mer 18 Mar - 14:39 (2009); édité 1 fois
 
      Back To Top  

Jeu 12 Fév - 22:10 (2009)
Auteur Message
coquelicot


Hors ligne

Inscrit le: 19 Nov 2008
Messages: 822
Point(s): 822
Moyenne de points: 1,00

Sujet du message: La question Israélo-Palestinienne Répondre en citant

http://www.europalestine.com/spip.php?article3807


















 
      Back To Top  

Sam 28 Fév - 22:22 (2009)
Auteur Message
coquelicot


Hors ligne

Inscrit le: 19 Nov 2008
Messages: 822
Point(s): 822
Moyenne de points: 1,00

Sujet du message: La question Israélo-Palestinienne Répondre en citant

Les racines russes d’Israël
publié le mercredi 25 février 2009  

Vladimir Beider


Un point de vue inhabituel sur l’origine d’Israël par un journaliste russe : "“Israël a été créé par des Juifs russes pour des Juifs russes.” "
La Russie sous sa neige épaisse et Israël sous son soleil ardent sont deux pôles qui se repoussent et s’attirent. Il n’y a pas deux pays plus différents au monde – que ce soit par leur taille, leur histoire, leur mentalité, leur composition ethnique ou leurs objectifs nationaux – qui soient en même temps aussi liés l’un à l’autre.
J’ai découvert Israël guidé par Dina Roubina. Elle y était installée depuis trois ans et n’était pas encore devenue l’une des écrivaines les plus populaires de Russie, mais j’appréciais déjà son travail. Elle avait alors prononcé une phrase que j’ai retenue comme une explication primordiale : “Israël a été créé par des Juifs russes pour des Juifs russes.” J’étais loin de me douter que, quinze ans plus tard, c’est-à-dire tout récemment, j’entendrais cette même formule sous une forme plus directe. Shmoulik Eviatar, ancien agent du Mossad et ancien conseiller aux Affaires chrétiennes de l’ex-maire de Jérusalem Ehoud Olmert [de 1993 à 2003], m’a en effet déclaré : “Ce pays a été fait par les Russes.” Les Russes en général, et non les seuls Juifs russes.
En 1772, l’Empire russe dut intégrer parmi ses sujets les Juifs qui peuplaient les territoires rattachés à l’issue du partage de la Pologne. Leur société était très fermée, patriarcale. Ils furent cantonnés en deçà d’une limite géographique et il leur fut interdit de s’installer dans les régions de l’intérieur de la Russie. Les réformes d’Alexandre II autorisèrent les marchands juifs, les artisans et les spécialistes, les diplômés des établissements d’enseignement impériaux à s’installer dans l’intérieur de la Russie et dans les grandes villes. Il existait un quota limitant le nombre de lycéens et d’étudiants juifs, mais de plus en plus de jeunes gens aspiraient à une éducation laïque, et, bien sûr, plus ils étaient nombreux là où auparavant il n’y en avait pas, plus ils suscitaient l’exaspération.
Les plus frustrés étaient ceux qui avaient réussi à s’extraire de leur milieu patriarcal. Ces Juifs instruits, qui avaient échappé à une ambiance pesante et étroitement locale, trouvèrent une solution : comprenant qu’on les détestait parce qu’ils n’étaient pas comme tout le monde, ils décidèrent de faire accéder leurs compatriotes à l’éducation, de les ouvrir au monde. Les militants juifs de l’éducation tentèrent de s’intégrer à la société, de partager sa façon de vivre, de devenir des patriotes russes et de suivre toutes les grandes tendances. C’est ainsi qu’ils comptèrent dans leurs rangs beaucoup de libéraux et de populistes [narodniki]. Et de fidèles du culte de l’Etat. La réaction fut double. En 1881, l’assassinat d’Alexandre II [1818-1881] marqua le début des pogroms, encouragés par le pouvoir. Les révolutionnaires narodniki, pensant récupérer la révolte populaire contre les Juifs pour la diriger contre le pouvoir, incitaient aussi à cette violence. Les militants juifs de l’éducation durent changer de tactique : les Juifs auraient la capacité et le droit d’être comme tout le monde, mais dans leur propre pays, pas en Russie.
Le sionisme, mouvement en faveur du retour dans la patrie historique pour la création d’un Etat juif, n’a pas vu le jour en Russie. Mais ce sont bel et bien les Juifs russes, tous ces hommes qui avaient été empêchés de devenir des patriotes russes, qui l’ont adopté comme plan d’action. Ironie de l’histoire, ils ont emporté dans leur patrie historique les idées de la patrie qui les avait rejetés. Tout ce qu’ils n’avaient pas réussi à réaliser en Russie, ils l’ont tenté en Israël. Le plus étonnant, c’est qu’ils ont obtenu beaucoup de bons résultats.
Les révolutions russes ont provoqué des répliques tectoniques en terre d’Israël. La première aliya [“montée” ou “ascension”, le retour des Juifs de la diaspora en Israël] s’est produite dans les années 1880, à la suite de l’attentat – où a péri le tsar Alexandre II – perpétré par les révolutionnaires russes. La vague de pogroms qui a alors déferlé dans le sud de la Russie a jeté sur les rives de la Palestine des Juifs qui voulaient sauver leur vie. C’était une aliya religieuse, dont les traces sont encore visibles : le premier quartier juif de la Jérusalem moderne, apparu presque en même temps que le fameux hospice orthodoxe russe ; la première vodka russe fabriquée en Israël, la Gold, que continuent à produire les descendants des rescapés des pogroms de Russie. Son étiquette comporte toujours l’aigle à deux têtes, emblème de la Russie tsariste.
La deuxième aliya a été un écho de la révolution russe ratée de 1905. Désespérant de parvenir à briser le régime tsariste, les socialistes juifs, dont les actions avaient entraîné une nouvelle vague de pogroms, partirent en Palestine afin de réaliser leur rêve. Amos Oz, auteur classique de la littérature israélienne inspiré par les idées de Tolstoï, a grandi dans un quartier de Jérusalem. Il m’a expliqué que les gens qui l’entouraient étaient incapables d’arroser un gazon, mais qu’ils rêvaient de travailler en tant que paysans sur une terre collective. A cette époque, de telles communautés existaient aussi en Russie et aux Etats-Unis. Mais ce n’est que sur la terre Israël qu’elles ont vraiment pu se développer, pour devenir les kibboutz, fondement économique et structurel du futur Etat. De fait, les kibboutz pratiquaient le communisme.
Un afflux de forces vives en provenance de l’URSS
Les réfugiés qui ont échappé à la révolution de 1917 et à la guerre civile qui s’est ensuivie ont constitué la troisième aliya, avec laquelle a réellement débuté la création de la nouvelle Palestine juive, indépendante, comptant sur ses propres forces, sous-tendue par des motivations idéologiques. Une fois de plus, c’est le pouvoir soviétique qui l’a encouragée, en entamant dès le début une lutte farouche contre le sionisme, interdisant la pratique de l’hébreu, mais autorisant l’immigration. Israël [1] a vu affluer de jeunes forces vives en provenance de l’URSS.
C’est l’interdiction de l’hébreu en Union soviétique qui a permis la naissance du premier théâtre professionnel en Israël. Ne pouvant plus jouer dans sa langue, le studio théâtral juif créé par Vakhtangov à Moscou se transporta en Palestine, pour devenir le théâtre Gabima, qui est encore le plus important d’Israël. Jusqu’à la fin de leur vie, ses acteurs ont parlé un hébreu fortement teinté d’accent russe, accent qui est longtemps resté la marque de ce jeu théâtral.
Les sionistes russes socialistes qui s’étaient installés en Palestine ont continué à suivre avec attention les événements qui se déroulaient dans la patrie du socialisme. Dans les années 1930, lorsqu’une campagne de création de kolkhozes juifs en Crimée a été lancée, beaucoup se sont inscrits, par kibboutz entiers, et sont retournés dans leur patrie d’origine. Presque tous ont été victimes de Staline. Pour autant, la grande majorité des Juifs de Palestine n’ont pas changé d’attitude envers l’URSS. La Seconde Guerre mondiale, dans laquelle l’Union soviétique a supporté l’essentiel du poids de la résistance au nazisme, a suscité chez eux un énorme élan de solidarité et un vrai culte de Staline. Les jours de fête soviétiques et juifs, les kibboutz s’ornaient de drapeaux rouges et de portraits du tyran couverts de fleurs. Aujourd’hui encore, les chansons patriotiques de l’URSS, traduites en hébreu et interprétées dans le style de la radio soviétique, sont considérées comme des chansons populaires israéliennes. Dans les années 1990, la zone militaire nord était commandée par le général Iosi Peled, c’est-à-dire Joseph Staline en hébreu (peled signifie “acier” [comme stal en russe]). Tel est le nom qui avait été donné à ce garçon d’origine belge, sauvé par une famille chrétienne pendant l’occupation, à son arrivée dans un kibboutz communiste. Il m’a raconté comment, lors de sa bar-mitsva, il avait lu, au lieu de la Torah, un extrait des œuvres de Staline.
Les Soviétiques n’étaient censés aimer que leur propre pays
Le dirigeant soviétique ne pouvait manquer de le savoir. Il décida alors que les Juifs devaient avoir leur Etat, qui deviendrait ainsi le poste avancé de l’URSS au Proche-Orient. C’est pour cela que l’Union soviétique fut la première grande puissance à soutenir la création d’Israël. En novembre 1947, devant l’Assemblé générale des Nations Unies où se décidait le sort de la Palestine après la fin du mandat britannique, Andreï Gromyko prononça un discours incroyablement projuif et prosioniste. En Palestine, il provoqua un nouvel élan d’amour envers l’URSS, tandis qu’en URSS même il fut totalement passé sous silence. Une seule personne s’en fit l’écho : le grand acteur et metteur en scène juif Solomon Michoels, président du Comité antifasciste juif, qui en parla lors d’une soirée au Musée polytechnique de Moscou. Le public qui emplissait la salle était majoritairement juif, et il fit une ovation à cette nouvelle. Cela marqua l’arrêt de mort des Juifs soviétiques en général, et de Michoels en particulier [il fut tué en juillet 1948 dans un accident suspect, à Minsk].
Tout en éliminant les Juifs de son pays, Staline continuait à soutenir la création d’un Etat juif en Palestine, envoyant par l’intermédiaire de la Tchécoslovaquie les armes sans lesquelles Israël n’aurait sans doute pas gagné sa guerre d’indépendance, qui éclata juste après la fondation de l’Etat. Cela ne fit que renforcer l’amour porté à l’URSS, un pays où, en revanche, proclamer son amour pour Israël était considéré comme de la haute trahison. Staline fut saisi d’une jalousie violente, car les Soviétiques n’étaient censés aimer que leur propre pays. Cette crise de rage du dirigeant tout-puissant se traduisit par un projet de vengeance mortel à l’égard du peuple qui se comportait en traître à la patrie : il ordonna une campagne contre les “cosmopolites sans racines”. Les dirigeants socialistes d’Israël n’avaient aucune idée de ce qui se passait. Dans le rapport récemment publié de M. Namir, l’ambassadeur d’Israël à Moscou, sur la campagne antisémite déployée en URSS, on retrouve telles quelles les thèses de la propagande soviétique, qui niait tout antisémitisme et assurait que les Juifs eux-mêmes étaient les seuls responsables de ce qui leur arrivait : ils avaient trop tendance à vouloir s’immiscer dans tout.


[1] anachronisme : en 17 Israël n’avait pas encore été créé par la "communauté internationale" sur la terre des Palestiniens

publié par Ogoniok et en français par Courrier international
http://www.courrierinternational.com/article.asp ?obj_id=94755
chapeau et note : C. Léostic, Afps

http://www.france-palestine.org/article11220.html


 
      Back To Top  

Ven 17 Avr - 10:44 (2009)
Auteur Message
Gimli


Hors ligne

Inscrit le: 20 Nov 2008
Messages: 1 389
Point(s): 422
Moyenne de points: 0,30

Sujet du message: La question Israélo-Palestinienne Répondre en citant

 Des origines au triomphe électoral de la droite en 2009 :
le 10.04.2009
le sionisme a gommé les différences idéologiques

Si le sionisme naît à la fin du XIXe siècle, une importante scission se
produit en son sein il y a environ 80 ans. Un nouveau courant qui
s’intitule lui-même « révisionniste » apparaît. Son principal animateur
se nomme Vladimir (Ze’ev) Jabotinsky.

Le « transfert » : un vieux projet.



Jusque-là, les immigrants sionistes installés en Palestine sous mandat
britannique, avaient tendance (comme la plupart des colonialistes) à
ignorer l’existence même du peuple autochtone. Israël Zangwill avait
proféré le mensonge fondateur en affirmant qu’il fallait trouver « une
terre sans peuple pour un peuple sans terre » et que cette terre serait
la Palestine. David Ben Gourion avait bien remarqué que le pays était
peuplé. Il pensait (à juste titre) que ces « fellahs » étaient les
descendants des Hébreux. Mais, feignant d’ignorer la réalité coloniale,
il imaginait que ces « fellahs » s’intègreraient au projet sioniste. La
révolte palestinienne de 1929 (à Hébron) et surtout l’insurrection de
1936 allaient démentir ces rêves.
Dès lors pour Jabotinsky (admirateur du fascisme italien) et ses
disciples, la voie à suivre est claire. Puisqu’il est entendu que les
Palestiniens sont valeureux et prêts à résister avec détermination, il
faut les expulser au-delà du Jourdain.
Dès la fin des années 30, le terrorisme de la droite sioniste se
développe, s’en prenant aussi bien aux Palestiniens qu’aux
Britanniques. Pour la majorité sioniste qui se revendique du
socialisme, cette droite est infréquentable et ces « socialistes »
n’hésitent pas à la qualifier de raciste et de terroriste, voire de
fasciste.
Pourtant, dès le départ, « gauche » et droite sionistes sont d’accord
sur l’essentiel : privilégier à tout prix la construction du futur Etat
Juif au détriment de toute autre considération.

Deux démarches complémentaires.

En 1933, les Juifs Américains décrètent un blocus économique contre
l’Allemagne où Hitler vient de devenir chancelier. Ben Gourion s’y
oppose et le commerce entre le Yichouv (communauté juive en Palestine
avant la création de l’Etat d’Israël) et l’Allemagne nazie se
poursuivra.
À droite, le groupe Stern s’est lancé dans une guerre totale contre les
Palestiniens et les Britanniques. Sa faction la plus dure dirigée par
le futur Premier Ministre Itzhak Shamir assassinera des soldats
britanniques et prendra des contacts avec le régime hitlérien alors que
le génocide nazi bat son plein. Ce même groupe assassinera le comte
Bernadotte pendant la guerre de 1948 pour bien signifier que le nouvel
Etat d’Israël ne respectera pas le droit international.
Avec l’ouverture des archives, les historiens israéliens ont confirmé
ce que les Palestiniens disaient depuis longtemps. La « Naqba »
(catastrophe), c’est-à-dire l’expulsion de 800000 Palestiniens de leur
propre pays était préméditée et elle avait largement commencé au moment
de l’entrée en guerre des pays arabes voisins en mai 1948. Les groupes
terroristes d’extrême droite et l’armée régulière dirigée par la
« gauche sioniste » (la Haganah, le Palmach) ont joué des rôles
complémentaires. Ainsi à Deir Yassine, c’est un groupe terroriste,
l’Irgoun, dirigé par le futur Premier Ministre Menahem Begin qui
massacre la population, mais c’est l’armée régulière qui occupe le
village. Deir Yassine n’existe plus, c’est devenu le quartier de Giv’at
Shaul et le tunnel routier qui passe en dessous porte le nom de
l’assassin : Menahem Begin.

Les responsabilités de la « gauche sioniste ».

« Gauche » et sionisme, c’est un oxymore. Si la droite sioniste a
toujours revendiqué la nécessité du nettoyage ethnique (certains
regrettent aujourd’hui qu’on n’ait pas terminé la guerre de 48 et qu’il
reste des « Arabes » en Israël), la gauche l’a pratiqué sans vergogne.
En fait la « gauche » sioniste est compromise dans tous les crimes
commis contre le peuple palestinien.
En 1948, la « gauche » est au pouvoir pendant la guerre. Non seulement,
elle planifie l’expulsion, mais elle confisque les terres des expulsés
et s’oppose à tout retour des réfugiés palestiniens dès la signature de
l’armistice. L’idée du pays « de gauche » aidé par l’URSS avec des
kibboutz et des pionniers défrichant leur pays pour en faire un jardin,
est fausse au départ : ce pays est né d’un nettoyage ethnique.
En 1956, la « gauche » est au pouvoir quand l’armée israélienne, alliée
aux impérialistes français et anglais, conquiert le Sinaï.
La même année, 49 Palestiniens d’Israël sont massacrés à Kafr Kassem.
Ils protestaient contre le vol de leurs terres.
En 1967, on sait maintenant que la crise autour du détroit de Tiran
était un prétexte. La conquête était préméditée et dès l’été 1967, la
colonisation est décidée. C’est un ministre « de gauche » Yigal Allon,
chef d’un petit parti « socialiste » (l’Ahdut Ha’avoda) qui organise la
colonisation de la Cisjordanie. Comme il n’a pas le personnel politique
pour coloniser, il va rencontrer le seul courant religieux sioniste,
celui des disciples du rabbin Kook. Il leur offre des millions de
shekels pour qu’ils partent coloniser. Aujourd’hui, ce courant
national-religieux, soutenu au départ à bout de bras par la « gauche »,
représente 1/4 de la société israélienne et une bonne partie des 500000
Israéliens installés dans les territoires conquis en 1967 s’en réclame.
Bien sûr, l’arrivée au pouvoir des disciples de Jabotinsky en 1977,
avec la déroute électorale de la « gauche » face à Begin, ressemble à
un tournant historique. C’en est un surtout parce que, pour la première
fois, l’électorat séfarade sanctionne les fondateurs de l’Etat d’Israël
tout en faisant le jeu de la droite raciste.
En 1987, Yitzhak Rabin est ministre de la défense quand la première
Intifada est réprimée avec une très grande brutalité.
En 1993, cette même « gauche » semble avoir accepté l’idée de « la paix
contre les territoires » en signant les accords d’Oslo. Pendant les
quelques mois qui séparent ces accords de l’assassinat de Rabin, 60000
nouveaux colons sont installés. Pourquoi ?
L’épisode de Shimon Pérès au pouvoir avant sa défaite face à Benjamin
Nétanyahou est une succession de crimes destinés à relancer la guerre :
massacre du village de Cana au Liban, assassinat à Gaza de Yahia
Ayache, « artificier » du Hamas (d’après Pérès) en pleine période de
trêve (1996).
À partir de cette période, la « gauche » sioniste participe à de
nombreux gouvernements de coalition. C’est un ministre « de gauche »
(Fouad Ben-Eliezer) qui est à l’origine du mur qui balafre la
Cisjordanie (appelé clôture de séparation en novlangue). C’est un
ministre travailliste réputé sensible aux questions sociales (Amir
Péretz) qui, en tant que ministre de la défense, organise l’attaque
contre le Liban en 2006. Et c’est un autre ministre « de gauche », Ehud
Barak qui commande le carnage qui vient d’être commis à Gaza.
Il y a tellement peu de différence entre « gauche » et droite sionistes
que, quand Ariel Sharon (un pur disciple de Jabotinsky), plus
clairvoyant que ses anciens compagnons, décide d’évacuer Gaza (pour
mieux pouvoir détruire cette région), une partie des travaillistes
(avec Shimon Pérès à leur tête) le rejoint dans le parti Kadima.

À l’origine du consensus

Juste avant d’attaquer à Gaza, Tzipi Livni a consulté l’ensemble des
partis sionistes et tous ont donné leur accord, y compris le Meretz
dont plusieurs dirigeants étaient à l’origine des accords d’Oslo.
L’ancien mouvement de masse Shalom Arshav (La Paix Maintenant) est
devenu un appendice du parti travailliste. Les grands écrivains
considérés comme des consciences morales (Amos Oz, Avraham Yehoshua,
David Grossman) ont approuvé l’agression contre Gaza après avoir
approuvé celle contre le Liban deux ans auparavant.
Michel Warschawski a toujours considéré que la minorité
anticolonialiste en Israël est une petite roue. En 1982, cette petite
roue en avait entraîné une grande et des centaines de milliers de
manifestants avaient dénoncé l’invasion du Liban et les tueries de
Sabra et Chatila. C’est fini. Les manifestations contre le carnage à
Gaza (en dehors de celles organisées par les Palestiniens d’Israël),
n’ont rassemblé que 10000 participants. La frontière ne passe pas en
Israël entre « gauche » et droite. Elle sépare les sionistes des non
sionistes ou des antisionistes.
Le « complexe de Massada » a réussi à convaincre la majorité de la
population israélienne qu’elle est en danger, qu’on veut la détruire,
que les victimes, ce sont les Juifs, qu’il n’y a pas de partenaires
pour la paix et que les Palestiniens poursuivent le projet
d’anéantissement nazi. Le Hezbollah et le Hamas ont été habilement
érigés en épouvantails infréquentables. Puisque l’ennemi est
monstrueux, le permis de tuer existe et il n’y a pas de question à se
poser. Le discours des fanatiques religieux (« les Palestiniens sont
des Amalécites, la Torah dit qu’il est permis de les tuer ainsi que
leurs femmes, leurs enfants, leurs troupeaux ») est devenu le discours
dominant. D’ailleurs le rabbinat militaire a officialisé ce discours
raciste et intégriste en excusant à l’avance tous les crimes de guerre
commis à Gaza. Les barrières morales se sont écroulées.

Les électeurs ont préféré l’original à la copie.

Les dernières élections en Israël, c’est un peu comme si l’OAS avait
gagné la guerre d’Algérie et que des élections françaises se jouent
entre Philippe de Villiers, Bruno Mégret et Jean-Marie Le Pen.
Sans doute l’ancien gouvernement Livni-Barak avait des arrière-pensées
électorales en attaquant Gaza et s’imaginait y gagner des voix. Il est
symptomatique de voir que les trois partis qui sont arrivés en tête aux
dernières élections israéliennes sont trois « héritiers » différents de
Jabotinsky.
Celui qui apparaît le plus infréquentable a été videur dans une boîte
de nuit en Moldavie. Avigdor Lieberman, comme un certain politicien
célèbre en France, a la réputation de dire tout haut ce qu’une bonne
partie de l’opinion publique israélienne pense tout bas. Il a proposé,
il y a quelques années, qu’on lance une bombe atomique sur Téhéran ou
qu’on bombarde le barrage d’Assouan. Ce « diplomate » un peu
particulier est aujourd’hui ministre des affaires étrangères. Son
succès électoral est venu d’une idée plus que centenaire, celle qui a
été à la base de tous les nationalismes meurtriers : un état
ethniquement pur. Il propose sans rire que le million et demi de
Palestiniens d’Israël prêtent allégeance au dieu sionisme, et qu’en cas
de refus, ils soient déchus de leur nationalité et expulsés. Il ne se
dit pas opposé à un Etat Palestinien du moment qu’Israël garde
l’essentiel, à savoir les colonies. Si son succès était prévisible dans
l’électorat russophone, son discours sécuritaire (qui a failli aboutir
à l’interdiction des partis politiques des Palestiniens d’Israël) lui a
permis d’énormes progrès, dans les colonies ou à Sdérot. Il est cocasse
d’entendre les médias français se demander si son arrivée au ministère
ne va pas « mettre un coup d’arrêt au processus de paix ». Quel arrêt ?
Quel processus ? Quelle paix ?
L’héritier « légitime » de Jabotinsky, Bégin et Shamir, c’est
Nétanyahou. Il n’a pas varié, il est toujours hostile à tout Etat
Palestinien. Face à la question démographique (5 millions et demi de
Juifs et 5 millions de Palestiniens entre Méditerranée et Jourdain), sa
stratégie, c’est le Grand Israël et l’Apartheid : confiner les
Palestiniens dans des zones de plus en plus restreintes, les pousser à
partir, installer 300000 nouveaux colons. N’ayant rien à proposer aux
Palestiniens, même pas quelque chose qui pourrait remettre en selle
l’Autorité Palestinienne, il fait diversion en proposant une attaque
« préventive » contre l’Iran. Cette idée est populaire en Israël où
l’on a toujours préféré noyer la question palestinienne dans un univers
plus grand : celui du choc des civilisations et de la guerre du bien
contre le mal.
Héritière de Jabotinsky et de Sharon, qualifiée de « centriste » par
les médias, Tzipi Livni (ancienne du Mossad où elle a organisé des
attentats contre des Palestiniens) est à l’origine du carnage à Gaza.
Sans doute, Barack Obama aurait préféré qu’elle gagne les élections
pour maintenir la fiction de négociations possibles. Les Etats-Unis
essaieront sûrement de la ramener au pouvoir d’ici quelque temps. Le
parti Kadima ne se dit pas hostile à un Etat Palestinien à condition
qu’Israël garde Jérusalem Est, Maale Adoumim, Ariel, les blocs de
colonies, la vallée du Jourdain … Bref, il y aurait des bantoustans
éclatés, non viables reliés par des tunnels et on appellerait cela
l’Etat Palestinien.

Une classe politique nulle

Et les autres partis ? L’empressement d’Ehud Barak à rallier le parti
travailliste à l’extrême droite n’a rien de surprenant. Rien ne les
oppose sur le fond. C’est Barak qui a imposé l’idée qu’il n’y a pas de
partenaire de la paix et qu’il n’y a aucune alternative à l’écrasement
du Hezbollah ou du Hamas. C’est Barak qui a convaincu les hésitants à
l’idée d’une guerre sans fin. Son alliance rappelle les pires moments
de la guerre d’Algérie quand les « socialistes » Guy Mollet, Robert
Lacoste, Max Lejeune faisaient cause commune avec les militaires
« pacificateurs » (les généraux Massu et Bigeard), les adeptes de la
torture ou les futurs dirigeants de l’OAS. Le parti socialiste français
a mis 20 ans à s’en remettre. Laminé aux dernières élections, le parti
travailliste israélien risque de subir le même sort.
À sa gauche, le Meretz est dans l’impasse. Prisonnier du sionisme, il a
échoué dans l’idée d’un « sionisme à visage humain » qui accepterait
grosso modo un retrait sur les frontières d’avant 1967. De toute façon,
cette frontière internationalement reconnue (la ligne verte) n’existe
plus. Elle ne figure sur aucune carte israélienne. L’annexion n’est
plus rampante, tout a été fait pour la rendre définitive. L’autoroute
Tel-Aviv-Jérusalem traverse les territoires occupés à Latrun. De
gigantesques entreprises s’installent en Cisjordanie occupée. Les
ruines d’Hérodion ou de Qumran (Cisjordanie) sont devenues des parcs
nationaux israéliens, la plus grande partie de Jérusalem Est a été
transformée en banlieue résidentielle. Les routes de contournement ont
redessiné la carte de la Cisjordanie. Pour que la solution de « deux
peuples, deux Etats » sur la base de la ligne verte existe, il faudrait
que les 500000 colons partent ou acceptent de devenir citoyens
palestiniens. L’un comme l’autre sont devenus plutôt irréalistes. Faute
d’avoir posé les questions essentielles (le colonialisme, l’égalité des
droits), le Meretz n’a plus rien à proposer.
Du côté des religieux, ceux qui ont conservé méfiance ou aversion
vis-à-vis du sionisme (comme le groupe Nétouré Karta) sont aujourd’hui
très minoritaires. Ce qui a le vent en poupe repose sur une synthèse
entre messianisme fanatique (« Dieu a donné cette terre au peuple
juif »), nationalisme guerrier et racisme. Ainsi, le chef spirituel du
Shass (parti séfarade religieux ayant 11 députés), le rabbin Ovadia
Yossef, a pu déclarer que les Palestiniens étaient tous des serpents et
que la Shoah était une punition divine contre les Juifs qui s’étaient
mal conduits. Le franco-palestinien Salah Hamouri est en prison pour
être soupçonné (sans preuves) d’avoir eu des intentions hostiles contre
ce chef « spirituel » d’une autre époque. Les partis religieux rivaux
ne valent pas mieux.
Ce qui unifie la classe politique israélienne, c’est la corruption.
Sharon et ses fils ont eu affaire à la justice. Ehud Olmert aussi,
mouillé dans des affaires de permis de construire monnayés quand il
était maire de Jérusalem, a dû démissionner. Nétanyahou lui-même a
connu des moments d’éclipse. Lieberman est aujourd’hui poursuivi pour
des détournements sur le financement des partis qui pourraient lui
coûter son poste. Il y a deux ans, une membre de son parti, Esterina
Tartman, a menti effrontément sur ses diplômes pour pouvoir devenir
ministre des sciences (à la place d’un « Arabe » pressenti à ce poste).
Elle a été poussée à la démission quand la vérité est apparue.
Au moment du déclenchement de la guerre du Liban, le général en chef de
l’armée Dan Halutz avait fait un délit d’initié en vendant toutes ses
actions et en précipitant la chute (de 8%) de la Bourse de Tel-Aviv.
Quand les dirigeants israéliens ne sont pas poursuivis pour
détournements, ils le sont pour délits sexuels comme l’ancien président
Moshé Katzav, accusé de harcèlement sexuel et de tentative de viol.
Il n’y a rien à attendre de cette classe politique où le fric et
l’individualisme sont devenus les valeurs dominantes. Il est peu
probable que sorte de cette classe quelqu’un comme le Sud-Africain De
Klerk, capable de négocier un compromis historique et de se projeter
dans l’avenir. Rabin a payé de sa vie le fait d’avoir paru l’être.

Quel espoir ?

Les Palestiniens ont retenu de leur histoire tragique qu’il faut
résister, ne plus partir. On en est à la 4ème génération depuis la
Naqba. Le rêve fou des sionistes, que les Palestiniens disparaissent en
se fondant dans le monde arabe environnant ou qu’ils ne soient plus (à
l’image des Amérindiens aux Etats-Unis ou des Aborigènes d’Australie)
en situation de réclamer leurs droits n’est pas possible.
En même temps, aucune paix juste ne sera possible tant que le projet
sioniste sera à l’œuvre parce que ce projet a toujours reposé et repose
sur la négation de la Palestine.
Alors ? Peu avant le carnage à Gaza, les élections municipales de
Tel-Aviv avaient donné un résultat surprenant. La principale liste
d’opposition était dirigée par un jeune membre du Hadash (le parti
communiste) qui était refuznik (= objecteur de conscience) et
antisioniste. Il y avait des Palestiniens de Jaffa sur cette liste qui
a obtenu 36% des voix. Il semble que les jeunes aient massivement voté
pour un refuznik (c’est un indice). Mais le score obtenu montre une
aspiration à vivre « normalement » sans une guerre tous les deux ans,
sans une mobilisation permanente, sans cette fuite en avant criminelle
et suicidaire. Tout Israélien qui réfléchit sait que la politique
actuelle de destruction de la Palestine et de crimes répétés ne peut
pas durer indéfiniment sans des conséquences très graves pour les
Israéliens.
Si la société israélienne prenait le temps de se retourner, elle aurait
le temps de voir ses vrais problèmes : la violence, l’ultralibéralisme,
l’effacement des identités, le militarisme, la segmentation, la perte
des repères et des valeurs.
Le dépassement du sionisme suppose de répondre à ces défis. Mais pour
quand ? Le temps passe, les crimes s’accumulent. Ce changement
indispensable et cette rupture du « front intérieur » urgent.

Pierre Stambul
(Bureau National de l’Ujfp)



 
      Back To Top  

Jeu 4 Juin - 07:10 (2009)
Auteur Message
Gimli


Hors ligne

Inscrit le: 20 Nov 2008
Messages: 1 389
Point(s): 422
Moyenne de points: 0,30

Sujet du message: La question Israélo-Palestinienne Répondre en citant

Anayat Durrani : le droit au retour n’est pas négociable
Publié le 3-06-2009  


“Liberté pour la Palestine. Renforcement de notre mouvement global”, tel était le thème de l’Assemblée Internationale Annuelle Al-Awda qui s’est tenue du 22 au 24 mai à Garden Grove, Californie, attirant quelque 1 000 participants. L’Assemblée commémorait le soixante-et-unième anniversaire de la Nakba, la Catastrophe, et 61 années de lutte pour le retour.


“Notre objectif est de maintenir le droit au retour au centre de toute discussion de la cause palestinienne”, a déclaré Zahi Damuni, co-fondateur de Al-Awda.
Parmi les orateurs se trouvait Cindy Sheehan, dont le fils Casey a été tué pendant qu’il servait en Irak. Sheehan avait retenu l’attention internationale quand elle protestait contre la guerre d’Irak, en campant en bordure du ranch texan du Président George Bush.
“Mon fils est la victime de la politique étrangère des USA, comme le peuple de Palestine est la victime de la politique étrangère des USA”, a dit Sheenan. Elle s’est exprimée contre l’« aide » à Israël, décrivant la relation entre les Etats-Unis et Israël comme une « alliance impie » et affirmant que « davantage d’Américains éprouveraient de la compassion pour la cause palestinienne si seulement ils connaissaient la vérité ».
Fernando Suarez Del Solar, un Mexicain qui a perdu son fils Jesus quand celui-ci a marché sur une bombe à fragmentation tandis qu’il combattait lors de l’invasion de l’Irak en 2003, s’est rendu en Irak et a été profondément ému par la visite d’un camp de réfugiés palestiniens à la frontière jordanienne. Il a demandé à des enfants ce qu’ils désiraient le plus et une fillette de 10 ans lui a répondu : « Je veux aller chez moi. Je viens de Palestine ».
Richard Becker, membre de l’association Agissons Maintenant pour Arrêter la Guerre et Mettre fin au Racisme (ANSWER), a déclaré que l’administration américaine est enfin en train de se rendre compte qu’elle doit appréhender sérieusement la question palestinienne, ce qui ouvre la voie à un conflit avec le gouvernement israélien. « Ce que veulent les responsables israéliens, c’est la terre. Ils veulent la totalité de la terre de Palestine », a dit Becker. « Les USA ont une perspective différente. Ce qu’ils veulent, c’est dominer la région et éliminer toute résistance susceptible de se mettre en travers de leur domination. Et cette domination fait elle-même partie d’une stratégie de domination globale ».
Michael Prysner, ancien combattant de la guerre d’Irak et militant de ANSWER s’est déclaré en faveur du droit au retour pour tous les Palestiniens réfugiés et pour des compensations aux dommages subis. « Concernant toute personne impliquée dans le massacre de Gaza, depuis les généraux israéliens jusqu’aux politiciens américains et aux responsables des médias qui ont truqué la réalité, nous demandons leur inculpation pour crimes de guerre » a-t-il ajouté.
Pour le professeur Jess Ghannam, de l’Université de Californie, les Palestiniens constituent le plus ample et le plus ancien problème de réfugiés dans le monde. « Ce qui a commencé en 1948 avec 800 000 réfugiés s’est amplifié bien au-delà de six millions de réfugiés », a-t-il dit. Plus de 100 000 habitants de Gaza ont été déplacés et ont perdu leur maison, par suite de l’attaque israélienne de décembre 2008. Il a rappelé que des personnes qui habitent Gaza ont perdu leur maison en 1948, l’ont perdue de nouveau en 1967, de nouveau en 2002, et pour la quatrième fois cet hiver.
Jamal Nassar a démenti que l’offensive israélienne contre Gaza ait été une riposte aux attaques de missiles par le Hamas, en violation du cessez-le-feu. « C’est un mensonge. C’est en fait par les Israéliens que le cessez-le-feu a été violé, tandis que nous, aux USA, étions occupés par l’élection d’un nouveau président », a dit Nassar. « Le 5 novembre, Israël a pénétré dans Gaza, y a tué plusieurs militants palestiniens et détruit quelques maisons. Tel a été le début de la rupture du cessez-le-feu ». A propos du nouveau gouvernement israélien, il a noté que « notre ennemi est distinctement arrivé aux extrêmes. A chaque fois que votre ennemi arrive aux extrêmes, il montre au grand jour ses vrais objectifs".
Au sujet de la couverture médiatique à Gaza, Khaled Dawoud, correspondant d’Al-Jazeera, a souligné à quel point Israël avait fait un mauvais calcul quant à la manière dont son offensive à Gaza serait perçue. « Israël a commencé cette guerre avec un très solide plan de propagande sur la façon dont le monde extérieur percevrait ce conflit », a rappelé Daoud, ajoutant qu’Al-Jazeera avait montré les côtés qu’Israël ne voulait pas qu’on voie, « ce que le reste du monde ne montre pas ». Il a fortement souligné le rôle des « journalistes citoyens » et d’Internet pour aider à exposer la situation réelle sur le terrain et à la révéler au reste du monde.
Le Britannique George Galloway a soulevé la question du prochain convoi américain Viva Palestina, dont il est attendu qu’il collecte 10 millions de dollars, et qui doit quitter New-York le 4 juillet par voie aérienne vers Le Caire où les participants vont acheter 500 camions et ambulances et accéder à Gaza par le passage de Rafah. Le parrainage financier du convoi sera assuré par Pasteurs pour la Paix. Des Américains conduiront le convoi dans des véhicules portant des drapeaux américains. Des vétérans du Vietnam et le militant pour la paix Ron Kovic, héros du film d’Oliver Stone « Né le 4 juillet », sera co-leader du convoi.
Galloway a souligné qu’il convenait que le convoi parte d’Amérique « là où un Noir, dont le père n’aurait pas été servi dans les cafétérias de Washington, occupe maintenant la Maison Blanche, construite par des esclaves noirs ». Il estime que l’élection d’Obama est significative. « Parce qu’il connaît la vérité. Il est le premier président qui sait quelque chose de la Palestine”.
Le légendaire parlementaire britannique a rappelé à son auditoire cette petite fille qui, après l’entrée réussie à Gaza du convoi britannique Viva Palestina, lui a demandé : « Où sont les Arabes ? ». Cette fois, dit-il, il y aura une réponse. « Les pays arabes vous ont laissé tomber. Mais les Arabes d’Amérique sont totalement avec vous ».
Source : http://weekly.ahram.org.eg/2009/949/re5.htm
(Traduit par Anne-Marie PERRIN pour CAPJPO-EuroPalestine)
CAPJPO-EuroPalestine


 
      Back To Top  

Lun 8 Juin - 19:01 (2009)
Auteur Message
Gimli


Hors ligne

Inscrit le: 20 Nov 2008
Messages: 1 389
Point(s): 422
Moyenne de points: 0,30

Sujet du message: La question Israélo-Palestinienne Répondre en citant

Un survivant d’Auschwitz : “Je m’identifie sans mal à la jeunesse palestinienne”
Publié le 8-06-2009  


Interview par Adri Nieuwhof de Hajo Mayor, 85 ans, Hollandais, rescapé de Auschwitz, et antisioniste qui ne cache pas son dégoût pour les agissements israéliens.


Hajo Mayor, auteur du livre “La fin du judaïsme” est né en 1924 à Bielefeld, en Allemagne. En 1939, à 14 ans, et de sa propre initiative, il fuit en Hollande. Un an plus tard, quand l’Allemagne occupe la Hollande, il vit caché avec une fausse carte d’identité bricolée. Meyer a été arrêté par la Gestapo en mars 1944 et déporté une semaine après au camp de concentration d’Auschwitz. Il est l’un des derniers survivants d’Auschwitz.
Adri Nieuwof : Que voudriez-vous dire pour vous présenter ?
Hajo Meyer : J’ai dû quitter l’école après la Nuit de Cristal (le pogrom de deux jours contre les juifs d’Allemagne) en novembre 1938. Ce fut une expérience terrible pour un jeune garçon curieux, et pour ses parents. Voilà pourquoi je ne peux m’identifier en aucun cas avec les criminels qui rendent impossible à la jeunesse palestinienne d’aller à l’école.

A.N : Qu’est-ce qui vous a poussé à écrire ce livre, “La fin du Judaïsme” ?
H.M : Dans le passé, les media ont abondamment écrit sur les politiciens d’extrême-droite, comme Joerg Haider en Autriche, et Jean-Marie Le Pen en France. Mais quand Ariel Sharon a été élu premier ministre d’Israël, en 2001, les media sont restés muets. Et dans les années 80, j’avais compris la pensée profondément fasciste de ces politiciens. Avec ce livre, j’ai voulu prendre mes distances avec tout ça. J’ai été élevé dans le judaïsme, avec au coeur l’égalité des relations entre les êtres humains. Je n’ai appris l’existence d’un judaïsme nationaliste que lorsque j’ai entendu dans des interviews, les colons défendre leur droit à harceler les Palestiniens. Des gens appartenant à certains groupes qui déshumanisent des gens qui appartiennent à un autre groupe peuvent se comporter ainsi, parce qu’ils l’ont appris soit de leurs parents, soit parcequ’ils ont subi un lavage de cerveau de la part de leurs dirigeants politiques. C’est ce qui est arrivé pendant des dizaines d’années en Israël, pendant qu’ils instrumentalisaient l’Holocauste selon leurs intérêts politiques. Sur le long cours, ce pays est en train de s’autodétruire en poussant les citoyens juifs à devenir paranoïaques. En 2005, Sharon a d’ailleurs déclaré en plein parlement israélien : nous savons que nous ne pouvons faire confiance à personne, nous ne pouvons nous fier qu’à nous-mêmes. C’est l’illustration de quelqu’un qui souffre de paranoïa. j’ai toujours trouvé insupportable qu’Israël, utilisant l’imposture, se proclame Etat juif, alors qu’il est en fait sioniste. Il veut le maximum de territoire avec un minimum de Palestiniens. J’ai quatre grands-parents juifs. Je suis athée. Je partage l’héritage socio-culturel juif et j’ai appris ce qu’est l’éthique juive. Je n’ai pas envie d’être représenté par un état sioniste. Ils n’ont aucune idée de ce qu’est l’Holocauste. Ils utilisent l’Holocauste pour propager la paranoïa dans la tête de leurs enfants.
AN : Dans votre livre vous parlez des leçons que vous avez tirées de votre passé. Pouvez-vous expliquer comment votre passé a joué sur votre perception d’Israël et de la Palestine ?
HM : Je n’ai jamais été sioniste. Après la guerre, les juifs sionistes parlaient du miracle d’avoir “notre pays à nous”. En tant qu’athée viscéral, je me suis dit, si c’est un miracle de Dieu, que n’a-t-il réalisé ce miracle en créant l’état 15 ans plus tôt ? Alors mes parents ne seraient pas morts.
Je peux dresser une liste interminable de similitudes entre l’Allemagne nazie et Israël. Saisie de terres et de propriétés, interdiction faite aux populations palestiniennes d’accéder à l’éducation et restrictions aux moyens de gagner sa vie pour détruire l’espoir, tout cela dans le but de chasser le peuple de sa terre. Et ce que je trouve particulièrement scandaleux, c’est de créer des circonstances amenant les gens à s’entretuer, en semant la discorde, en élargissant le fossé entre les populations - comme Israël le fait à Gaza.
AN : Dans votre livre, vous parlez du rôle des juifs dans les mouvements pour la paix en Israël et à l’extérieur, et des refuzniks de l’armée. Comment voyez-vous leur contribution ?
HN : Evidemment c’est positif quand des secteurs de la population juive d’Israël essaient de considérer les Palestiniens comme des êtres humains et comme leurs égaux. Pourtant, ce qui me trouble, c’est que le nombre de ces protestations n’est pas plus épais qu’une une feuille de papier, et qu’elles ne sont pas vraiment antisionistes. Nous avons multiplié les études sur ce qui est arrivé dans l’Allemagne d’Hitler. Si vous aviez exprimé ne fut-ce que la plus infime allusion critique à l’époque, vous finissiez au camp de concentration de Dachau. Si vous critiquiez, vous étiez mort. Les Juifs d’Israël ont des droits démocratiques. Ils peuvent manifester dans les rues, mais ils ne le font pas.
AN : Pouvez-vous faire un commentaire sur le fait que les ministres israéliens ont approuvé un projet de loi interdisant la commémoration de la Nakba, c’est-à-dire de l’expropriation de la Palestine historique ? La loi propose une sanction allant jusqu’à trois ans de prison.
HM : C’est tellement raciste, tellement épouvantable. Je n’ai pas de mots. C’est l’expression de ce que nous avons déjà connu. Zochrot (l’organisation de la commémoration de la Nakba israélienne) a été créée pour contrer les efforts qu’Israël fait pour balayer les traces rappelant la vie palestinienne. Interdire aux Palestiniens de commémorer la Nakba... on ne peut pas agir plus manifestement en nazis, en fascistes. Puisse cela aider à réveiller le monde.
AN : Quels sont vos projets pour le futur ?
HM : (il rit) Vous savez quel âge j’ai ? J’ai presque 85 ans. Je dis toujours avec cynisme et pour me moquer de moi-même que je n’ai qu’une alternative : ou bien je suis toujours fatigué à trop vouloir en faire, ou bien je m’assois et j’attends l’heure de partir. Bon, je prévois de rester fatigué parce que j’ai toujours tellement de choses à dire.
Adri Nieuwhof est consultant et avocat des droits de l’homme
Source : http://electronicintifada.net/v2/article10568.shtml
(Traduit par Carole SANDREL)
CAPJPO-EuroPalestine


 
      Back To Top  

Dim 14 Juin - 22:51 (2009)
Auteur Message
coquelicot


Hors ligne

Inscrit le: 19 Nov 2008
Messages: 822
Point(s): 822
Moyenne de points: 1,00

Sujet du message: La question Israélo-Palestinienne Répondre en citant

Jérusalem : les autorités israéliennes obligent deux résidents de la vieille ville à détruire eux-mêmes leurs maisons
Publié le 14-06-2009  


Les autorités israéliennes ont forcé deux familles palestiniennes vivant dans la Vieille Ville à détruire des parties de leurs propres maisons vendredi après-midi. Chaque famille était menacée de dizaines de milliers de shekels d’amendes si elles ne démolissaient pas les bâtiments.


Osama Hashima a été obligé de démolir une pièce de 30m² qu’il avait ajouté à sa maison, dans le quartier Al-Khalidiyya, dans la vieille ville de Jérusalem, pour tenir compte de l’agrandissement de sa famille.
Quelques semaines plus tôt, Hashima avait reçu un avertissement du conseil municipal israélien de Jérusalem le menaçant d’une amende de 70.000 shekels (13.000€) s’il ne démolissait pas l’extension.
Mu’taz, le fils d’Hashima, a expliqué, pendant que son père se résignait à la destruction, que la pièce était une extension vitale à la maison, qui abrite dix personnes. Il a accusé les colons israéliens qui vivent la porte à côté d’avoir pris des photos de la maison et de la pièce rajoutée, et d’avoir alerté le conseil municipal de la rénovation réalisée sans permis.
Dans le quartier Bab Hutta de la Vieille Ville, un autre Jérusalémite a lui aussi été obligé de démolir une nouvelle partie de sa maison.
Jamal Sa’id avait récemment ajouté une pièce de 25m² sur la maison existante. Il a été menacé d’une amende de 25.000 shekels (4.500€) s’il ne la détruisait pas.
Obliger les familles à démolir elles-mêmes des parties de leurs demeures est la dernière manœuvre des autorités israéliennes. Jusqu’à récemment, la police israélienne et police des frontières accompagnaient les équipes de démolition aux maisons qui avaient reçu des ordres de démolition soit pour des bâtiments entiers, soit pour de petites extensions que la municipalité déclarait illégale.
Les équipes de démolisseurs attiraient des foules d’hommes, femmes et enfants, ainsi que des internationaux qui observaient et les forces israéliennes en train de démolir la maison et témoignaient. Chaque fois, la police harcèle les observateurs et les repoussent brutalement des sites de démolition, et des échauffourées éclatent régulièrement.
Les « auto-démolitions » semblent être une tentative d’étouffer la couverture médiatique des scènes dramatiques auxquelles donnent lieu les démolitions, bien que les organisations de militants locaux aient alerté pour venir sur les lieux.
La famille Sa’id, déclare un communiqué des organisateurs du Mouvement Free Gaza, « sera ravie de recevoir ses invités (café non garanti, elle risque d’être trop occupée) à venir observer sa destruction. Tout soutien sera le bienvenu. »

Source Photo : (Associeted Press/Dan Balilty)
Source : http://www.maannews.net/en/index.php ?opr=ShowDetails&ID=38521
Traduction : ISM
CAPJPO-EuroPalestine


 
      Back To Top  

Dim 14 Juin - 22:52 (2009)
Auteur Message
coquelicot


Hors ligne

Inscrit le: 19 Nov 2008
Messages: 822
Point(s): 822
Moyenne de points: 1,00

Sujet du message: La question Israélo-Palestinienne Répondre en citant

http://www.france-palestine.org/article12042.html

 
      Back To Top  

Dim 14 Juin - 22:54 (2009)
Auteur Message
coquelicot


Hors ligne

Inscrit le: 19 Nov 2008
Messages: 822
Point(s): 822
Moyenne de points: 1,00

Sujet du message: La question Israélo-Palestinienne Répondre en citant

Netanyahou se moque du monde. Sa sollution seul le guignol du Fatah pourra l'accepter

 
      Back To Top  

Dim 14 Juin - 22:57 (2009)
Auteur Message
coquelicot


Hors ligne

Inscrit le: 19 Nov 2008
Messages: 822
Point(s): 822
Moyenne de points: 1,00

Sujet du message: La question Israélo-Palestinienne Répondre en citant

http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5ioL8aIkIHzSOxMid9OaeSWUs…

http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5imOV50TyFrzPgvDtjGZbLdJm…


 
      Back To Top  

Lun 15 Juin - 16:54 (2009)
Auteur Message
coquelicot


Hors ligne

Inscrit le: 19 Nov 2008
Messages: 822
Point(s): 822
Moyenne de points: 1,00

Sujet du message: La question Israélo-Palestinienne Répondre en citant

Bal des faux culs ou réactions internationales au discours de Netanyahu Publié le 15-06-2009



Nous publions le billet d’un de nos lecteurs à propos du "discours historique" de Netanyahu


"Ce à quoi nous assistons depuis ce matin dans la presse internationale est bel et bien le bal des faux culs. Europe en tête, tous s’accordent à dire que Bibi a tenu un discours historique.
Rendez-vous compte, il a même prononcé deux mots ensemble qu’il ne savait que prononcés séparément : État et palestinien. Rien que pour ça la presse internationale est dithyrambique ! Et pourquoi ne le serait-on pas à notre tour ?
Merci Bibi, tu me permets de t’appeler Bibi, moi c’est Madjid, on peut se tutoyer entre militants de la paix.
Merci Bibi, de bien vouloir reconnaître verbalement que tout peuple a droit à un État.
Merci de tout cœur, c’est vrai quoi, on attendait pas qu’un gars comme toi, plus à droite que la plupart de tes concitoyens, daigne un jour prononcer ces mots. Il a du t’en coûter non ? Non pas trop en effet, tu t’es bien marré après le discours j’en suis sûr et surtout avant en l’écrivant avec ta clique de faucons anti-arabes.
Tu es très intelligent et tu sais que ce que voulait entendre le monde, qu’on appelle opinion publique internationale, c’est "État palestinien", et que finalement, le plus important pour Israël est ce qu’on y met ou pas dans cet État, qui pour toi restera à jamais une colonie d’Israël, la plus grande de l’Histoire. Et toi, comme tu es un homme pragmatique, tu t’es dit que le plus simple était de ne rien y mettre.
Chapeau bas l’artiste tu as réussi à faire passer un discours d’une grande et rare régression pour une grande avancée et un pas de géant pour l’Humanité. D’ailleurs Kouchner ne s’y est pas trompé, il a salué cette avancée. Comme c’est émouvant. Les Palestiniens, j’en suis sûr, ont été touchés par tant d’émotion.
A coup sûr, les palestiniens doivent te remercier, et effectivement, les louanges que tu es en droit d’attendre se font désirer. Comment en effet ne pas te remercier pour accepter l’idée d’un Etat palestinien avec :

 Des frontières et un espace aérien sous contrôle israélien
 Aucune armée
 Aucun droit au retour des réfugiés
 Israël, Etat juif et seulement juif
 Le maintien des colonies
 Jérusalem indivisible

Avec ça, aucun militant de la paix n’a encore osé te proposer pour le prochain prix Nobel de la Paix.
Non franchement c’est trop injuste, on ne sait pas reconnaitre, les hommes bons, ceux qui œuvrent de manière acharnée, sans relâche contre toutes les discriminations, contre l’oppression.
Je suis certain, et l’Histoire jugera, que tu seras classé parmi les hommes qui auront le plus compté dans la jeune et tragique Histoire d’Israël. "
Bien à toi Bibi.
Madjid

http://www.europalestine.com/spip.php?article4185


 
      Back To Top  

Aujourd’hui à 23:13 (2016)
Auteur Message
Contenu Sponsorisé






Sujet du message: La question Israélo-Palestinienne

 
      Back To Top  
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet

 


      Back To Top  

Page 1 sur 1
Sauter vers:  

We request you retain the full copyright notice below including the link to www.phpbb.com. This not only gives respect to the large amount of time given freely by the developers but also helps build interest, traffic and use of phpBB 2.0. If you cannot (for good reason) retain the full copyright we request you at least leave in place the Powered by phpBB line, with phpBB linked to www.phpbb.com. If you refuse to include even this then support on our forums may be affected. The phpBB Group : 2002 // Powered by phpBB © 2001, 2016 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com -->
Powered by phpBB © 2001, 2016 phpBB Group
Avalanche style by What Is Real © 2004