Jijel Echo
 
Advanced Search
   
 
Home S’enregistrer FAQ Membres Groupes  
 
 

Jijel Echo Index du Forum Discussion et sciences International NE JAMAIS OUBLIER
Montrer les messages depuis:   
      Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure  
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet Aller à la page: 1, 2  >

Dim 11 Jan - 17:15 (2009)
Auteur Message
coquelicot


Hors ligne

Inscrit le: 19 Nov 2008
Messages: 822
Point(s): 822
Moyenne de points: 1,00

Sujet du message: NE JAMAIS OUBLIER Répondre en citant

Témoins des crimes de guerre israéliens
vendredi 9 janvier 2009 - 07h:03


Rami Almeghari - Live from Palestine

 « Vers 2 heures ce matin, un groupe de soldats israéliens a pénétré par effraction dans ma maison. Ils ont commencé à hurler, écrasant tout sur leur passage, détruisant complètement ma maison », a déclaré lundi Nasir Hejo, âgé de 38 ans, le visage las, les cheveux en bataille et les pieds nus.

Gaza bientôt réduit à l’état de ruines... Photo : Hatem Omar/MaanImages« Ils nous hurlaient dessus, ils nous ont forcé à sortir de la maison. Nous avons voulu sortir à droite après qu’ils se soient attaqués à nous. Ils nous ont ordonné d’aller vers le sud. Puis les soldats ont commencé à tirer dans notre direction, tuant mon garçon de 17 ans », a déclaré Nasir.

Après qu’ils se soient enfuis de leur maison qui à côté de la mosquée Tawhid, à la périphérie de la ville de Gaza, Nasir Hejo et 20 autres membres de sa famille se sont réfugiés dans une école gérée par l’agence des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine [UNRWA] dans le camp de réfugiés de Nuseirat.

Israël affirme avoir attaqué 1000 de ce qu’il nomme des « objectifs du Hamas ». Les médias indépendants, des fonctionnaires des Nations Unies et les organisations des droits de l’homme ont rapporté que la plupart de ces attaques ont frappé des maisons à usage privé, des mosquées, des universités, des écoles, des bâtiments publics, de police et les organisations caritatives. Le 6 janvier, le nombre de victimes de l’attaque israélienne était proche de 600, des milliers d’autres personnes étant blessées.

Entouré par ses enfants qui pleurent, dans l’école primaire pour les filles, Hejo a ajouté que l’armée israélienne s’était largement déployée autour de son quartier, à l’est de la ville de Gaza, à proximité de la cimenterie Handasiya.

Hejo et les autres membres de sa famille ont fui après y avoir été forcés par les soldats israéliens, mais sa femme et son frère sont restés en arrière pour essayer de s’occuper du corps de son fils.


"Ils ont tué mon frère, ils ont attaqué notre maison, ils ont été jusqu’à mélanger le sel et le sucre en boîtes" dit sa fille Hejo, âgée de 18 ans, alors qu’elle pleure sur l’épaule de son père.

Ce n’est là qu’un des nombreux récits des atrocités que les Palestiniens peuvent raconter depuis qu’Israël a commencé ses bombardements sur toute de la bande de Gaza le 27 Décembre, enchaînant avec une invasion terrestre.

Près de 600 Palestiniens, hommes, femmes et enfants s’étaient également abrités dans l’école, après avoir fui devant une violente attaque contre leurs maisons dans le village de Moghraqa au sud de la ville de Gaza.

Abu Eisa Sido, âgé 54 ans, qui vivait dans cette région, a déclaré que ses fils Muhammad et Esam avaient été tabassés il y a quelques jours dans la maison familiale.

« En 1967, la guerre israélo-arabe n’était pas aussi féroce que ce qui se passe de nos jours, » dit Abou Sido. « Cette guerre n’a duré que six jours, sans grande perte observée, mais aujourd’hui ce n’est pas une guerre, c’est un nettoyage ethnique. »

Debout près de sa femme, face à la salle de classe qui est aujourd’hui leur abri, Abou Sido lance un appel au monde pour sauver Gaza des atrocités israéliennes.

« Pour l’amour de Dieu, je fais appel à toutes les nations à travers le monde pour sauver Gaza », a-t-il hurlé.

Les terrains de sport de l’école sont désormais remplis de gens déplacés, comme la famille Abu Hwaishel, assise au soleil et essayant de se réchauffer malgré l’hiver.

« La situation est si misérable, et nous sommes au dehors. Comme vous le voyez, nous nous réunissons ici sous le soleil, » nous dit Ibrahim Abou Hwaishel, âgé de 45 ans. « Lorsque la nuit tombe nous tremblons de froid. »

Toutes les écoles de l’UNRWA dans Gaza se sont transformées en refuges pour les personnes déplacées, mais elles ne sont pas sûres. Ce mardi, une école semblable dans le camp de réfugiés de Jabaliya, juste à l’est de la ville de Gaza, a été touchée par des obus israéliens. Au moins 40 civils qui s’y abritaient ont été tués. Une autre attaque israélienne sur une école dans la même zone a tué trois personnes selon les infirmiers et médecins.

Selon l’UNRWA, des milliers de personnes de diverses régions de la bande de Gaza ont été contraintes de fuir les bombardements israéliens qui ont lieu jour et nuit. Mais il ya peu d’endroits pour se réfugier dans ce territoire côtier si densément peuplé.

« La situation dans la bande de Gaza se détériore rapidement, 25 % des tués sont des enfants et des femmes », a déclaré Adnan Abu Hasna porte-parole de l’UNRWA. « Nous avons pu satisfaire les besoins de la population pour une durée de six jours seulement. Nous fournissons des couvertures et autres choses utiles à ces personnes déplacées, mais il ne fait aucun doute que les conditions sont très difficiles, et nous sommes en train d’évaluer la situation, ainsi que leurs besoins. »

http://www.info-palestine.net/article.php3?id_article=5748




 
      Back To Top  

Dim 11 Jan - 17:15 (2009)
Auteur Message
Publicité






Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
 
      Back To Top  

Dim 11 Jan - 18:05 (2009)
Auteur Message
Gimli


Hors ligne

Inscrit le: 20 Nov 2008
Messages: 1 389
Point(s): 422
Moyenne de points: 0,30

Sujet du message: NE JAMAIS OUBLIER Répondre en citant

000

Dernière édition par Gimli le Mer 18 Mar - 12:19 (2009); édité 1 fois
 
      Back To Top  

Dim 11 Jan - 18:20 (2009)
Auteur Message
eljijli


Hors ligne

Inscrit le: 15 Déc 2008
Messages: 97
Masculin Gémeaux (21mai-20juin)
Point(s): 103
Moyenne de points: 1,06

Sujet du message: NE JAMAIS OUBLIER Répondre en citant

Je trouve un peu curieux que personne ne s'est intéréssée á ces palestiniens de Gaza lorsque les israéliens,avec la complicité de Abbas,ont fait de la ville une prison á ciel ouvert..

 
      Back To Top  

Dim 11 Jan - 18:39 (2009)
Auteur Message
Gimli


Hors ligne

Inscrit le: 20 Nov 2008
Messages: 1 389
Point(s): 422
Moyenne de points: 0,30

Sujet du message: NE JAMAIS OUBLIER Répondre en citant

000

Dernière édition par Gimli le Mer 18 Mar - 12:19 (2009); édité 1 fois
 
      Back To Top  

Dim 11 Jan - 20:05 (2009)
Auteur Message
coquelicot


Hors ligne

Inscrit le: 19 Nov 2008
Messages: 822
Point(s): 822
Moyenne de points: 1,00

Sujet du message: NE JAMAIS OUBLIER Répondre en citant

L'information n'était pas aussi largement diffusée qu'aujourd'hui!

Réflexion stupide!

Larguer des bombes sur les enfants a un impact plus grand.  


 
      Back To Top  

Dim 11 Jan - 20:19 (2009)
Auteur Message
coquelicot


Hors ligne

Inscrit le: 19 Nov 2008
Messages: 822
Point(s): 822
Moyenne de points: 1,00

Sujet du message: NE JAMAIS OUBLIER Répondre en citant

rappellez-vous de ce nom de criminel : général Yoav Galant!
Il veut retrouver le soldat Gilad! Et dans ce but, un millier de morts sont annoncés.


Dernière édition par coquelicot le Dim 11 Jan - 20:25 (2009); édité 1 fois
 
      Back To Top  

Dim 11 Jan - 20:21 (2009)
Auteur Message
Gimli


Hors ligne

Inscrit le: 20 Nov 2008
Messages: 1 389
Point(s): 422
Moyenne de points: 0,30

Sujet du message: NE JAMAIS OUBLIER Répondre en citant

000

Dernière édition par Gimli le Mer 18 Mar - 12:20 (2009); édité 1 fois
 
      Back To Top  

Lun 19 Jan - 19:12 (2009)
Auteur Message
Gimli


Hors ligne

Inscrit le: 20 Nov 2008
Messages: 1 389
Point(s): 422
Moyenne de points: 0,30

Sujet du message: NE JAMAIS OUBLIER Répondre en citant

000

Dernière édition par Gimli le Mer 18 Mar - 12:20 (2009); édité 1 fois
 
      Back To Top  

Lun 19 Jan - 19:30 (2009)
Auteur Message
coquelicot


Hors ligne

Inscrit le: 19 Nov 2008
Messages: 822
Point(s): 822
Moyenne de points: 1,00

Sujet du message: NE JAMAIS OUBLIER Répondre en citant

Norwegian Doctor: Israel Used New Type of Weapon in Gaza
Hanan Awarekeh Readers Number : 160
19/01/2009 Some Palestinian casualties in the Gaza Strip were wounded by a new type of weapon that even doctors with previous experience in war zones do not recognize, according to Dr. Erik Fosse, a Norwegian cardiologist who worked at Gaza's Shifa Hospital for 11 days, during the Israeli aggression against the Strip.
 
However, he added in a telephone conversation from Oslo, most casualties were people hit by shrapnel from conventional explosives.
 
Fosse, a department head at a university hospital in Oslo, worked in Afghanistan during the Soviet occupation and several times in Lebanon, also in 2006. That was when he first heard about the new kind of weapon, but did not see any such wounds with his own eyes.
 
The unknown weapon appears to mainly affect the body's lower part, he said. It severs the legs, leaving burns around the stump, small punctures in the skin and internal bleeding.
 
According to Fosse, these injuries appear to be caused by a pressure wave generated when a missile hits the ground. His best guess, he said, is that the pressure wave is caused by a dense inert metal explosive, or DIME, a type of bomb developed to minimize collateral damage. A military expert working for Human Rights Watch also told Israeli daily Haaretz that the nature of the wounds and descriptions given by Gazans made it seem likely that Israel used DIMEs.
 
Fosse and a Norwegian colleague, Mads Gilbert, arrived in Gaza on December 31 and remained until January 10. They were financed by the Norwegian government.
 
On his return, Fosse submitted a report to his government in which he accused the Israeli occupation army of deliberately targeting civilians. Fosse said he believes Israel deliberately chose to attack while Westerners working for international organizations were back home for the Christmas vacation.
 
"The Palestinian witnesses, as medical workers, are very accurate in their reports, but if we hadn't been there to confirm their testimony, it would all have been presented as Hamas propaganda," he said.
 
http://www.almanar.com.lb/newssite/NewsDetails.aspx?id=70768&language=en


 
      Back To Top  

Mer 21 Jan - 08:45 (2009)
Auteur Message
coquelicot


Hors ligne

Inscrit le: 19 Nov 2008
Messages: 822
Point(s): 822
Moyenne de points: 1,00

Sujet du message: NE JAMAIS OUBLIER Répondre en citant

TV d’Occident : pas de cadavres donc pas de crime !
http://www.legrandsoir.info/spip.php?article7885http://www.legrandsoir.info/spip.php?article7885
DAOUD Kamel
Lorsqu’on tue un Juif, cela s’appelle l’Holocauste, lorsqu’on tue un Américain, cela s’appelle du terrorisme, lorsqu’on tue un Africain, cela s’appelle une épidémie, lorsqu’on tue un Afghan, cela s’appelle une erreur ou un Taliban, lorsqu’un Japonais meurt c’est un suicide et lorsqu’on tue un Arabe ou un Palestinien, cela s’appelle la « crise au Proche-Orient ».
Ainsi et pour parler de la guerre contre Ghaza aujourd’hui dans ses TV, l’Occident essuie d’abord ses lunettes, toussote puis se lance au front, tout en restant chez lui pour éviter les balles et les cadavres. Ainsi, tous les téléspectateurs ont remarqué qu’on ne parle pas de « la guerre contre Ghaza » mais de « la guerre à Ghaza » comme l’ont relevé les nôtres. Sont mis sur le même pied d’égalité, une armée suréquipée et des groupes de défense sous armés qui défendent leur quart de pays là où il n’existe même pas encore. Le statut d’Etat est reconnu à la Palestine seulement lorsqu’on lui fait la guerre. Par ailleurs, dans toutes les TV de l’Occident, l’usage est le même : on ne dit pas massacres mais « événements ».
On ne montre pas les images des cadavres mais les images des chocs psychologiques des habitants de Sdérote, victimes d’un 11 septembre quotidien à base de pétards. Le zoom est plongeant sur une voiture calcinée là où on filme de très loin les volutes de fumées noires des bombes interdites sur la bande de Ghaza et ses habitants jouant les seconds rôles. Pour les journaux TV, l’usage de l’effacement est plus pernicieux tout en étant tout aussi ridicule : les cadavres sont masqués par le chiffre du bilan quotidien et le bilan sera gommé par un long commentaire sur les allées et venues du négociateur israélien, ses escales égyptiennes et sur les possibilités d’un cessez-le-feu ou d’un accord à long terme.
Un correspondant est contacté à Tel-Aviv et qui parlera « d’un hôpital probablement touché » - notez la réserve - là où trois secondes plus tard on rapporte que le SG de l’ONU lui-même l’affirme. Même l’image de Ban Ki Moon est nettoyée : on prend soins dans le JT de dire qu’il a condamné les immenses pertes civiles et la violence injustifiée mais lorsqu’on le montre, on sert la phrase soft où il explique de vive voix qu’il espère la fin de la guerre très proche. Le seul signe de douleurs que vous pouvez voir sur les TV de l’Occident ces jours-ci, ce n’est pas sur le visage des vrais Palestiniens, mais sur les trois secondes de consternation du présentateur TV. L’Occident ayant une règle juridique et policière connue : il n’y a pas crime quand il n’y a pas de cadavres et puisque les cadavres de Ghaza ne sont pas visibles, c’est que la guerre qui leur est faite n’est pas un crime.
Les arguments sont les mêmes où que vous zappiez : « cette guerre nous a été imposée » par les roquettes du Hamas (Personne ne parlera de la mise en cage de toute une population et de l’encouragement fait à ce mouvement pour disqualifier le Fatah en le ridiculisant avec des miettes à chaque négociations de paix), ni des colonies, ni de la généalogie de cette « crise ». Le second argument est celui des « pertes civiles inévitables ». Ghaza étant surpeuplée, on ne peut pas larguer une bombe sans servir les voisins du « terroriste » visé. Les « terroristes du Hamas » se réfugient derrière les civiles, disent-ils, là où nous disons que les civils n’ont plus que les « terroristes » pour se réfugier derrière eux et pour les défendre. Dans un sous pays fermé de toute part, on accuse presque les civils d’être là où il ne faut pas.
Ainsi, après la guerre des images verdâtres en « fluo » lors des bombardements de Bagdad, celles en infrarouge filmées en Afghanistan, celles par satellite filmées au Liban, on a aujourd’hui droit aux images sitcom filmées à partir de chez soi pour parler de Ghaza. TPS est pour nous cryptée mais l’histoire est claire, là où pour les Occidentaux TPS est claire là où le reste du monde est cypté.
Kamel Daoud - Le Quotidien d’Oran - http://www.lequotidien-oran.com/?news=5114136
http://www.legrandsoir.info/spip.php?article7885
 


 
      Back To Top  

Lun 2 Fév - 15:40 (2009)
Auteur Message
Gimli


Hors ligne

Inscrit le: 20 Nov 2008
Messages: 1 389
Point(s): 422
Moyenne de points: 0,30

Sujet du message: NE JAMAIS OUBLIER Répondre en citant

000

Dernière édition par Gimli le Mer 18 Mar - 15:09 (2009); édité 1 fois
 
      Back To Top  

Ven 20 Fév - 23:03 (2009)
Auteur Message
coquelicot


Hors ligne

Inscrit le: 19 Nov 2008
Messages: 822
Point(s): 822
Moyenne de points: 1,00

Sujet du message: NE JAMAIS OUBLIER Répondre en citant

20 février 2009Israël et son monopole sur la souffrance psychologiqueIsraël et son monopole sur la souffrance psychologique

Jeremy Salt
Palestine Chronicle
Jeudi, 08 Jan 2009 17:45 UTC


Bien joué, courageux pilote israélien
Cher courageux pilote israélien,

Qu’est-ce que ça fait de tirer des missiles sur des gens que tu ne vois pas ? Cela t’aide-t’il, de répéter que ne vous ne ciblez pas délibérément des civils ? Cela te permet-il de bien dormir, ou fais-tu des cauchemars dans lesquels tu vois les femmes et les enfants que tu as tués dans leurs foyers, dans leurs lits, dans leurs cuisines et dans leurs salons, dans leurs écoles, sur leurs marchés ou dans leurs mosquées ? Que ressens-tu lorsque tu as terminé ta mission ? Que tu as fait du bon boulot ? Penserais-tu encore que tu as fait du bon boulot si tu devais regarder les cadavres déchiquetés qui constituent ta contribution personnelle au « processus de paix » au Moyen Orient ?

Tes dirigeants politiques, tes médias et les porte-parole de ton gouvernement et de ton armée louent unanimement tes attaques aériennes, les qualifiant d’immense succès. Personnellement, comment appliquerais-tu les termes « immense » ou « succès » au meurtre de civils ? As-tu conscience qu’aux quatre coins de la planète, des gens te considèrent comme un criminel de guerre qui devrait être jugé si ton identité devait jamais être révélée et si tu prenais le risque d’une arrestation en mettant le pied dans un pays qui ne plaisante pas avec les crimes de guerre ?

Dans ton propre pays – façon de parler – des agissements comme les tiens sont légion. Tu te souviens sans doute de la remarque de Dan Halutz, ton ex-chef d’État-major. Lorsqu’on lui demanda ce qu’il avait ressenti en bombardant un immeuble résidentiel de Gaza, il répondit qu’il avait senti les ailes de son avion vibrer au moment de larguer la bombe qui fit 18 morts lorsqu’elle explosa. Pour toi, la disparition de femmes et d’enfants est-elle une blague ? Ce n’est pas le meurtre de civils qui causa la disgrâce du général Halutz, comme on pourrait légitimement s’y attendre, mais son échec dans la guerre contre le Liban il y a trois ans. Les dirigeants politiques qui t’ont donné ton ordre de mission l’ont désormais rejoint au panthéon surpeuplé des criminels de guerre israéliens. Ils t’ont dit d’aller défendre ton pays, et c’est là que le problème commence, n’est-ce pas ? Tes parents ou tes grands-parents ont pris à quelqu’un d’autre ce que tu appelles ton pays. Vrai ou faux ? En fait, ce que tu fais en bombardant Gaza, c’est attaquer ceux qui ont été déportés du pays que tu prétends défendre, mais ce que tu défends c’est ton « droit » à conserver ce territoire volé, et même après 60 ans, cela reste un non-sens, n’est-ce pas ?

Que disent tes parents lorsque tu rentres chez toi ? Ta mère est-elle toute excitée, te chouchoutant, te caressant les cheveux, te préparant une tasse de thé, soulagée que son fils bien-aimé soit de retour entier et en bonne santé ? En fait, elle n’a aucune idée de ce que tu as fait aujourd’hui, et ce n’est pas toi qui vas lui raconter – non pas qu’elle veuille savoir. Tu as juste fait ton boulot. Et en quoi consiste ton boulot ? Qu’as-tu accompli aujourd’hui ? Nous la connaissons, ta mission, mais ce que tu as fait en réalité est tout autre.

Sous prétexte de destruction des infrastructures terroristes, tu as tué des civils, concrêtement et avec efficacité. Il ne leur sera plus jamais possible de se relever. Impossible que ces enfants grandissent ou que leur mère disparue donne à nouveau la vie. Aucun espoir qu’un corps ne retrouve son membre ou sa tête disloqués par le missile que tu as tiré. Impossible de ressusciter les morts. C’est peut-être toi qui as bombardé le marché. Si c’est le cas, ais l’honnêteté de t’asseoir et de regarder la vidéo de ton œuvre. Tu vas voir une scène sortie tout droit de l’enfer. Peut-être te diras-tu que tu n’as pas vu de telles horreurs depuis… depuis quoi ? Depuis quand ? Selon tes critères, quel est l’équivalent de ce que tu as fait ? Depuis ce que les nazis ont fait ce que tu fait aujourd'hui aux civils, ou depuis ce que les Étasuniens ont commis au Vietnam ou en Iraq ? Quelque part, es-tu réconforté de savoir que nombreux sont ceux qui, avant toi, ont fait exactement la même chose, que tu n’es ni pire ni meilleur qu’eux ?

En toute probabilité, tu es un jeune homme charmant issu d’une bonne famille, fier d’avoir intégré l’école des pilotes de l’armée de l’air. On t’a appris à piloter les avions de guerre les plus sophistiqués de la planète afin de détruire l’ennemi. Sans nul doute, des psychologues sont intervenus à tel ou tel stade pour te préparer à la mort accidentelle de civils.

Lorsque le territoire ciblé est l’endroit le plus densément peuplé de la planète, tu sais que des civils vont mourir, mais tes justifications sont toutes prêtes. Tout est la faute de l’ennemi. Après tout, ce sont eux qui ont commencé ; après tout, nous avons tout tenté pour éviter cette situation ; après tout, ils ont rompu le cessez-le-feu ; après tout, ils terrifient nos concitoyens dans le Sud du pays ; après tout, ils s’abritent et cachent des armes parmi les civils ; après tout, nous ne ciblons pas délibérément des civils… après tout, ils sont si nombreux, c’est vrai ; et tu vas utiliser toutes ces justifications pour expliquer que, même si c’est ton avion qui a tiré ces missiles, même si c’est ta main qui a appuyé sur la commande, tu n’es pour rien dans leur mort. Est-ce ta faute si l’ennemi transforme les écoles, les mosquées, les immeubles résidentiels, les campus universitaires, les ministères, le Parlement et les ambulances en infrastructure terroristes ? Par conséquent, tu n’es pas un meurtrier – après tout. Ce sont eux, les meurtriers.

L’ennemi est le meurtrier. Il t’a forcé à tuer son propre peuple. Il ne t’a pas laissé le choix. Bien sûr, pour un pilote de l’une des meilleures armées de l’air de la planète, il y a quelque chose qui cloche dans toute cette histoire. Tu ne cours aucun danger dans le ciel de Gaza. Les Gazaouis n’ont ni avions, ni missiles sol-air pour te menacer. Tu es en totale sécurité dans le cockpit de ton F-16. Tu as tout le temps qu’il te faut pour verrouiller ta cible et tirer : on doit donc en conclure que tes bombardements sur un marché, un centre commercial ou une école sont délibérés, et que le meurtre de civils fait partie d’un plan établi par tes chefs militaires et soutenu par tes politiciens afin de paralyser le gouvernement du Hamas en terrorisant la population civile. C’est ce qu’ont fait les Étasuniens en Iraq en 2003, et c’est ce que toi et tes camarades pilotes ont fait au Liban en 2006 – à ce propos, pouvons-nous supposer que nous assistons actuellement au prototype de ce que vous projetez de faire au Liban la prochaine fois ? Que vous n’êtes pas allés assez loin en 2006 et prévoyez d’aller encore plus loin au cours du prochain massacre ?

Tu dois justifier tes crimes, car sinon, tu ne pourrais plus te regarder dans un miroir ou supporter le regard d’autrui. Tu ne pourrais plus écouter leurs éloges, car tu sais, même si personne d’autre n’est au courant, ce que tu as fait. Mais que diras-tu si tout cela remonte à la surface, que diras-tu, non pas au milieu de la nuit, lorsque, allongé dans ton lit , les yeux aux plafond, tu te demandes ce que tu as fait, mais face à un tribunal qui t’accusera de crimes de guerre ? « Je ne faisais qu’obéir aux ordres ». Gageons que tu as déjà entendu cette réponse quelque part.

Jeremy Salt est professeur associé en histoire et politique du Moyen-Orient à l’Université Bilken d’Ankara, en Turquie. Auparavant, il a enseigné à l’université du Bosphore à Istanbul, et à l’université de Melbourne au sein des départements d’étude du Moyen-Orient et de sciences politiques. Le professeur Salt a écrit de nombreux articles sur les problèmes du Moyen-Orient et en particulier de la Palestine. Il a été journaliste pour The Age lorsqu’il vivait à Melbourne. Il a rédigé cet article pour le site PalestineChronicle.com



Traduction : Axel D. pour Futur Quantique


 
      Back To Top  

Sam 21 Fév - 20:01 (2009)
Auteur Message
Assafou


Hors ligne

Inscrit le: 07 Déc 2008
Messages: 78
Point(s): 78
Moyenne de points: 1,00

Sujet du message: NE JAMAIS OUBLIER Répondre en citant

Merci Messieurs pour ces info et ce rappel,

 
      Back To Top  

Jeu 26 Fév - 07:40 (2009)
Auteur Message
Gimli


Hors ligne

Inscrit le: 20 Nov 2008
Messages: 1 389
Point(s): 422
Moyenne de points: 0,30

Sujet du message: NE JAMAIS OUBLIER Répondre en citant

000

Dernière édition par Gimli le Mer 18 Mar - 15:10 (2009); édité 1 fois
 
      Back To Top  

Dim 1 Mar - 16:10 (2009)
Auteur Message
Gimli


Hors ligne

Inscrit le: 20 Nov 2008
Messages: 1 389
Point(s): 422
Moyenne de points: 0,30

Sujet du message: NE JAMAIS OUBLIER Répondre en citant

000

Dernière édition par Gimli le Mer 18 Mar - 15:10 (2009); édité 1 fois
 
      Back To Top  

Aujourd’hui à 18:41 (2016)
Auteur Message
Contenu Sponsorisé






Sujet du message: NE JAMAIS OUBLIER

 
      Back To Top  
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet Aller à la page: 1, 2  >

 


      Back To Top  

Page 1 sur 2
Aller à la page: 1, 2  >
Sauter vers:  

We request you retain the full copyright notice below including the link to www.phpbb.com. This not only gives respect to the large amount of time given freely by the developers but also helps build interest, traffic and use of phpBB 2.0. If you cannot (for good reason) retain the full copyright we request you at least leave in place the Powered by phpBB line, with phpBB linked to www.phpbb.com. If you refuse to include even this then support on our forums may be affected. The phpBB Group : 2002 // Powered by phpBB © 2001, 2015 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com -->
Powered by phpBB © 2001, 2015 phpBB Group
Avalanche style by What Is Real © 2004